Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Avec son ronron incessant

Et son cortège de flâneurs

Ses effluves longs, saisissants

Fusant des terrasses en fleur,

 

La rue s’étire à l’horizon

Comme une haie d’accordéons

Egrenant là, quelques flonflons

Au rythme exalté des saisons.

 

Avec ses fous rires d’enfants

A en craqueler les pavés

Les échoppes des commerçants

Se lovant dans les contre-allées,

 

La rue foisonne de labeurs,

Du pâtissier jusqu’au coiffeur

Du cordonnier jusqu’au facteur

Sans oublier le vieux traiteur.

 

Avec ses réverbères hautains

Se déhanchant sous tous les toits

Sous la poussée du vent lointain

Comme de puissants magnolias,

 

La rue revêt ses apparats

De déesse citadine,

Et dans la nuit, belle Diva

Prend des airs de libertine.

 

Avec ses passants du bitume

Au bistrot voisin, accoudés,

Rompus à toute solitude

Derrière un café bien corsé,

 

 

Pétulante est la rue du Mai,

Comme un essaim d’âmes à saisir

De trottoirs étroits en pavés

Ma rue, ma vie, mon devenir.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :