Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit ange blanc et doucereux partageait une cabane avec un bougre de diablotin ventripotent.

         Le petit ange blanc souriait sans cesse, rangeait ses petites affaires dans de jolis petits meubles peints et parfumés, il aimait l’ordre et la clarté. Il se contentait simplement de sa chambrette toute décorée d’angelots dodus à souhait, de fleurs aux couleurs pastel et de bibelots et de statuettes de bois raffinement sculptées. Il était épanoui et serein, heureux d’être en vie, en bonne santé et bien propre sur lui.

         Le diablotin, quant à lui, était un petit gnome bedonnant, bruyant et veule. Il aimait passer ses journées en pyjama, vautré sur son lit à grignoter des biscuits, de préférence au chocolat même si le chocolat, ça fond. Il se tachait très souvent d’ailleurs, parfois jusque dans les cheveux, et comme il ne se lavait pas trop souvent, il était certains jours bien malodorant. Sa chambrette à lui n’était éclairée que d’une mauvaise ampoule au plafond, les rideaux toujours tirés, les fenêtres bien rarement ouvertes. Il aimait vivre dans un désordre désolant et écouter des musiques barbares qu’il clamait être du rock and roll.

         Un beau matin, le petit ange blanc voulu profiter de l’absence extraordinaire de son colocataire pour faire le grand ménage de printemps. Flanqué d’un tablier tout neuf et d’un plumeau en forme de cygne, il se mit en tête de visiter la chambrette voisine. Quelle ne fut pas sa stupeur d’entrer dans ce capharnaüm confus !! Son beau sourire s’évapora en un instant et le nez pincé se mit à grimacer de dégoût et de désarroi. « Comment peut-on vivre ainsi ? Et par où commencer ? » se dit-il tout bas. Il eut beau se creuser les méninges, déplacer quelques objets de-ci de-là, en vain : la tache lui est vite apparu fort ardue. De dépits, de colère et de chagrin d’avoir un si mauvais copain, il se mit à réfléchir pour faire déguerpir ce vilain diablotin. « Hors de question de battre ma coulpe, cette fois elle est bien trop pleine, ma coupe ! Impossible de signer avec lui le moindre pacte, alors, passons aux actes ! » Le cœur revigoré, le moral regonflé, le petit ange blanc s’arma de grands sacs de papier et se mit à empaqueter tous ces déchets, à jeter toutes ces choses flasques et sans nom, à trier ce qui n’était pas encore tout à fait cassé. Il déposa le tout sur le petit terre-plein tout propre devant la cabane. Avant d’aller se coucher, il agrafa un petit mot sur le paquet le plus gros. « Cher voisin, vous ne trouverez plus céans de quoi vous disperser à loisirs. Ici vit désormais un ange blanc, propre et ordonné qui ne saurait davantage souffrir qu’un diablotin de votre acabit s’éparpille et s’égosille dans sa douce coquille. Signé : votre voisin de chambrée. »

         Lorsque le diablotin, un peu grisé, voire éméché après une soirée de beuverie dans une usine désaffectée, se trouva nez à nez avec ses baluchons bien emballés et étiquetés, il poussa un grognement ivre et prit la fuite dans la nuit en maugréant que « décidément, les anges blancs d’antan étaient autrement plus charmants… »

         Quelques temps plus tard, le petit ange blanc eu des nouvelles de son ancien comparse. Sa photo trônait en première page du journal du matin : il avait enfin été arrêté après une fort longue cavale.

         Comme quoi, rien ne vaut une petite vie bien rangée dans une petite cabane bien organisée pour vivre en paix !!

Tag(s) : #Textes des auteurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :