Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toutes les télés en parlent. Elles ne parlent même plus que de ça.

On nous avait bien dit que ça arriverait un jour. On vivait tous avec , sans vraiment se rendre compte. On n'y pensait même plus.. Et puis c'est arrivé. Pas pour demain. Dans quelques heures. La fin du monde, aujourd'hui, il n'y a plus de doute.

 

Quand j'ai vu ça à la télé, j'ai pensé : encore une blague, après les petits hommes venus de Mars pour nous trucider, la myxomatose, le phylloxéra, la tuberculose, le sida, la légionelllose, la grippe aviaire et le réchauffement de la planète, j'ai dit : ouf, enfin, on va être tranquilles, aujourd'hui ou un autre jour après tout, on est tous des condamnés à mort !! Le malheur, c'est qu'ils n'ont pas dit COMMENT ça allait se passer, j'ai fait une recherche sur google, j'ai trouvé : fin du monde, synonyme de fin des haricots, donc si ça ne concerne que les haricots, on est tranquilles, on mangera des petits pois. Mais la menace semblait planer tout de même, mes voisins ont fermé leurs volets, rentré leurs poules, le gros richard du coin a rangé sa Mercèdes dans son garage en versant une larme. Puis il est parti voir si sa femme était rentrée du travail, il ne l'a pas vue, il s'est dit : "eh bien, on ne mourra pas ensemble, c'est tout". Et il est parti se barricader dans son garage, en faisant vrombir le moteur. J'ai peur qu'ils nous aient tous devancés dans la mort !! Les riches sont parfois des êtres fragiles et sous le porte-monnaie se cache souvent un coeur tendre !!

 

Mon autre voisin, qui bêchait son jardin, m'a dit : Ca m'arrange, car je ne savais pas pour qui voter dimanche, comme ça, c'est réglé, ils seront tous à égalité devant l'Eternel ! Il a continué de bêcher. J'ai trouvé qu'il était courageux. Je lui ai tout de même déconseillé de planter des haricots, ce qu'il s'apprêtait à faire ! De toute manière, haricots ou petits pois, on est tous dans le même pétrin, reste à bien occuper le temps qu'il nous reste. Moi, j'ai ouvert mon ordinateur et j'ai écrit un texte, pour exorciser mes peurs. Mais j'avais les chocottes, je tremblais comme une feuille. J'ai attrapé mon téléphone et j'ai appelé ma meilleure amie. Vous parlez d'un choc, elle ne savait rien, vu qu'elle était en panne de télé et qu'elle attendait Darty depuis une semaine. Elle ne m'a pas crue, m'a dit que je déraillais, que ça devait les chaleurs actuelles qui m'avaient tapé sur la ciboule.

 

J'ai dit : "Ouvre ta radio, tu verras, tout le monde en parle." Elle est tombée sur les grosses têtes, qui racontaient leurs bonnes grosses blagues bien grasses façon ras des pâquerettes, elle m'a dit : "tu vois, Philippe Bouvard ne se permettrait pas de rire en de telles circonstances !" J'ai dit : "ben si, vu que c'est enregistré depuis 15 jours, p'être qu'à cette heure il est planqué dans sa cave entre deux tonneaux de beaujolpif ?". Elle m'a rétorqué très judicieusement: " Si la fin du monde tarde, il risque de mourir avant d'un coma éthylique". Et pan, deux victimes déjà !! Toujours ça en moins.

 

Ensuite, étant donné ma profonde conscience professionnelle, j'ai appelé mon patron. "Monsieur Machin (c'est son nom !), je viens vous avertir que je ne viendrai pas  au bureau demain." "Quoi ? "répond ce dernier d'une voix surprise et  suavement tonitruante. "Pourrais-je connaître la raison de cette "défection" , CHERE Madame Ammann (quand il est en colère, il m'appelle CHERE Madame Ammann, autrement, il m'appelle par mon prénom) "Vous non plus, n'y serez pas"  réponds - je avec l'assurance d'une future pensionnaire d'outre-tombe. "Et pour quelle dirrimante raison ? reprend l'intéressé (c'est un homme instruit, il a beaucoup de vocabulaire et ne manque pas une occasion de m'éblouir avec ses mots rares) " Eh bien, pour la dirrimante et simple raison que le monde n'existera plus, ni vous, ni moi, ni vos chers petits dossiers, ni votre grand bureau ridicule et capitonné, ni sa moquette triple laine traitée anti-taches, ni votre plante famélique et ridicule, ni la photo de vos enfants, ni..." Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase. Le malheureux s'étrangle au bout du fil, je crois qu'il est mort d'apoplexie ou d'un arrêt cardiaque ou d'autre chose. Plus personne ne me répond...

 

Et de trois....

 

En tout cas, j'espère que la FIN DU MONDE aura bien lieu ce soir, car sinon, demain, au bureau, si le "vieux" a survécu, m'est avis que ça va chauffer pour moi......

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :