Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

« 165, rue des capucines », était bien l’adresse que m’avait indiquée le vieil horloger.

Le bâtiment ne payait pas de mines, architecture sans originalité datant des années postmodernes, il se fondait assez bien dans le décor, si bien que j’aurais pu passer devant sans le voir.

Heureusement, les indications de l’ancien étaient assez précises, la crasse urbaine des dernières années, avaient fini par masquer le numéro gravé dans le béton cellulaire entourant de la porte cochère, ce dernier était si peu lisible que je dus m’approcher pour confirmer que j’étais bien au bon endroit.

Je cherchais le bouton de la sonnerie et du me rendre à l’évidence qu’il n’y en avait pas, seul un heurtoir en bronze, en forme de main, était fixé au centre d’une vieille porte en bois massif, dont le vernis s’était écaillé depuis belle lurette.

Je cognais trois fois, comme il est de coutume, et attendit que l’on vînt m’ouvrir. L’attente ne fut pas longue, après le cliquetis métallique d’une clé dans la serrure suivie du grincement des gonds, huilés jadis, la porte s’ouvrit sur un jeune garçon affable.

Je lui fis part de mes intentions, celui-ci, sans dire un mot, me fit signe d’entrer, malgré toute mon attention pour ne pas trébucher en passant le pas de la porte, je faillis m’étaler de tout mon long et me rattrapais de justesse à la poubelle qui se trouvait sous le porche, ce qui fit éclater de rire le morveux.

Vexer d’avoir raté mon entrée, je me redressais et demandais, sur un ton qui ne laissait place à aucun doute, où se trouvait l’atelier de mécanique du professeur Chicoine.

Retenant son fou rire, il me fit comprendre de le suivre, en ânonnant je ne sais quelle fadaise.

Passés le porche, nous entrions dans une cour intérieure envahie de broussailles, signe que personne n’avait dû l’entretenir depuis des lustres.

Le pavé disparaissait sous les herbages et autres feuilles décomposées, seul un chemin central laissait entrevoir le trajet qui menait selon toute vraisemblance à l’atelier dudit professeur.

Celui-ci était vitré sur toute la façade mais la aussi le ménage n’avait du être fait depuis l’origine des temps, on ne distinguait même pas une ombre tellement la couche était épaisse, cela tenait beaucoup plus du baraquement que d’un atelier proprement dit.

Des rubans de chantier, jaune et noir, pendaient autour de la porte, comme si elle avait dû être condamnée, visiblement l’occupant n’avait pas pris le temps de les retirer.

Nous étions à peine arrivés au centre de la cour lorsqu’une déflagration nous stoppa net dans notre élan, cela provenait de l’échoppe, la porte fut arrachée sauvagement et au travers de l’épaisse fumée qui s’échappait par l’ouverture béante on distinguait des flammèches, un homme en blouse blanche maculée, les cheveux en bataille et les lunettes de travers en sortit précipitamment en hurlant,

- « Merde ! J’étais si près du but… Qu’est-ce qui a bien pu clocher ???  Mais vous… vous qui êtes-vous ? Vous venez pour vous plaindre du bruit, c’est ça hein Et bien allez-vous faire voir ailleurs, j’ai pas que ça à foutre….

Professeur, je ne suis pas là pour ça, je vous ai téléphoné la semaine dernière, nous avions rendez-vous aujourd’hui à quatorze heures.

Rendez-vous ? Téléphoné ? Qui êtes-vous ? Dit-il sur un ton méfiant.

L’acheteur, voyons !

L’acheteur ?….à oui… et bien y a plus rien à acheter, c’est fini, vous pouvez rentrer chez vous, de toute façon je vais avoir une cohorte de plaignants, « Jérémie viens m’aider, on se tire d’ici »

Puis il me laissa en plan au milieu de la cour, pénétra dans le bâtiment suivit de près par le jeune garçon, j’avais une multitude de questions en tête lorsque je les vis ressortir les bras chargés de rouleaux de papiers, documents, mallettes et autres bricoles, ils passèrent en trombe devant moi sans m’adresser la parole et prirent la tangente.

Je ne saurais jamais sur quoi il travaillait réellement et qu’est qui avait bien pu clocher, le feu s’étant propagé à l’intérieur, je dus quitter rapidement le site devant les badauds qui commençaient à affluer et surtout avant d’être questionné par la police, dont les sirènes rugissaient dans le lointain.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :