Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il l’avait trahi, floué, insulté, battu presque jusqu’à la mort ; il avait voulu la détruire, l’annihiler. Il serait parvenu à ses fins, si la voisine du dessus n’était arrivé à ce moment là et n’avait appelé la police et les secours immédiatement en entendant les hurlements. Il avait réussi à s’enfuir, mais avec les renseignements donnés par la voisine, il fut arrêté quelques heures plus tard et  condamné, hélas, qu’à quelques mois de prison et purge tranquillement sa peine, pendant qu’elle se bat pour renaître à la vie.

Elle avait été conduite à l’hôpital dans un état critique, la tête cabossée, le cou enserré dans une minerve, le visage tuméfié, plusieurs membres cassés.

Après plusieurs jours de coma, son réveil fut douloureux. Elle avait perdu ses repères, ses réflexes. Il fallut au personnel médical beaucoup de patience, de douceur pour arriver à une ébauche de guérison.

Cela s’est passé il y a trois mois, et aujourd’hui elle part pou rejoindre un établissement de rééducation. J’ai du chagrin de la voir partir, je m’étais attachée à elle. Je sais qu’il ne faut pas, mais elle était si jeune, si fluette, si seule…

Son corps commence à retrouver une certaine mobilité, mais son mental ? Pourra t’elle un jour oublié cet homme, sa vachardise ?

Voilà, l’ambulance est là, elle va partir. Après l’avoir aidé à ranger ses affaires, je lui offre une statuette représentant un ange, oui, parce qu’elle ressemble à un ange. Nous ne parlons pas  mais nos regards en disent long. Nous nous contentons de presser nos mains, très fort.

Je me retourne et sort de la chambre, rapidement. Il y a d’autres malades qui m’attendent.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :