Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


J
e ne savais plus très bien comment j'avais réussi à fuir de mon domicile. Mes seules certitudes étaient que je ne pouvais pas me trouver dans plus pire situation et que pour m'en sortit ça n'allait pas être facile : j'étais dans la rue sombre et silencieuse, traînant derrière moi ma valise qui manquait grandement de légèreté, mon chat fidèle et dévoué "Milou" sous les bras. Ma fureur encore aussi vive, je restai un long moment sans bouger, à écouter les battements de mon cœur. La colère passée, le première chose que je ressentis fut la panique. J'étais dehors, seule, sans argent ni le moindre endroit où me réfugier. Au train où allaient les choses, j'allais sûrement avoir besoin de courage et de ténacité. Je devais, en tout premier lieu, trouver un logis pour y passer la nuit. Je me préparais donc à passer les rues sinueuses et étroites de notre quartier dans un périple ardu. Seules la tendresse et la douceur de "Milou", mon seul compagnon avec qui je partage mes expériences et mes sentiments, me réconfortaient... D'ailleurs il garde toujours une balafre sur son visage, signe de sa témérité le jour où il a affronté un chien féroce qui m'avait attaqué. Une infinité de questions me remuaient les entrailles: Qu'allait-il m'arriver? Je n'ai pas eu le temps de trouver une réponse satisfaisante : je traversais une rue quand, paf ! une voiture m'est rentrée dedans à pleine vitesse. J'avais lu des histoires qui prétendaient que, quand on meurt, on quitte son corps et on va dans un tunnel plein de fumée. Pour moi, ça s'est passé autrement... Je me rappelle que je me suis mise à flotter dans la transparence d'un ciel étoilé...


Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :