Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Nous rentrions à pied, d’une excursion dans les falaises,

 

Falaises aussi abruptes que le caractère d’Élise,

 

Élise qui, d’ordinaire n’aimait guère les sorties dans la nature,

 

Nature pourtant superbe, en ce printemps retrouvé,

 

Retrouvé aussi sa voix douce…

 

Douce, cette vois qu’elle a après l’amour,

 

L’amour justement, entre-nous, était à son zénith,

 

Zénith, était-il vraiment le mot approprié ?

 

Approprié, il devait l’être, j’étais obligé de le croire, car en cet instant,

 

Instant dont j’aurai souhaité qu’il dura l’éternité,

 

L’éternité de l’instant où elle vint se blottir contre moi,

 

Moi, qui n’avait pourtant pas ralentit mon pas,

 

Pas qui rendait la marche peu pratique,

 

Pratique ou pas, le chemin de terre devant nous était encore long,

 

Long jusqu’à la maison,

 

Maison qui nous attendait pour s’égayer de nos vies,

 

Vies, qui allaient devoir reprendre dès le lendemain,

 

Lendemain douloureux, où il fallait bien que nous rentrions.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :