Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mer d'ici ou d'ailleurs. Mer plate et tranquille. Mer brillant de mille feux.
Sur cette étendue infinie se reflète une bande très lumineuse de soleil, l'embellissant encore, comme si ce rayon ouvrait la voie à d'autres horizons, à d'autres océans et pourquoi pas à d'autres lendemains.

Ce chemin d'or égaye et illumine le paysage.

Le jaune pimpant de la mer reflète d'autres dégradés de jaunes moins intenses, ce qui ne veut pas dire que la mer perde de son éclat, bien au contraire. Ce jaune moins soutenu fait place à un ocre qui donne à cette immensité une autre dimension.
Plus on s'écarte du chemin, plus l'ocre devient inquiétant. On se demande même si cette mer ne vas pas tourner au brun et pourquoi pas au noir. Malgré ces couleurs changeantes, l'océan reste calme. Que cache-t-il véritablement ?

Au loin des collines très noires qui ne font que ternir le paysage.

Au premier plan, une barque vide se reflète dans cet ocre très foncé, attachée à un piquet planté au plus sombre de cette mer qui invite à voyager vers de nouvelles terres.

S'il n'y avait pas ce paysage, on ne distinguerait pas la différence entre le ciel et la mer.

Le pêcheur fatigué par sa journée de dure labeur s'en retourne tranquillement vers sa cabane. Doucement il s'approche du ponton. Le soir est tombé. Les couleurs franches de l'après-midi ont laissé place à un orange magnifique.

Au loin le soleil brille plus que jamais. Il descend peu à peu, comme s'il voulait mourir pour renaître encore plus beau que la veille. L'océan s'enflamme tandis que le soleil continue sa descente vers un horizon sans fin, laissant derrière lui des couleurs toujours plus magnifiques !

Le pêcheur prend soin de s'accorder quelques minutes afin d'admirer la disparition éclatante du soleil et l'arrivée angoissante de la nuit. L'astre du jour a disparu. Passant par toutes les couleurs de l'arc en ciel, le soleil a lui aussi vêtu ses habits de fêtes. Mais toutes ces teintes restent discrètes comme si elle ne voulaient pas agresser notre ami pêcheur, comme si elles sentaient que celui-ci redoutaient la descente inéluctable du soir et de la nuit.

D'ailleurs, la voici, elle arrive avec ses gros sabots. Engloutissant les autres couleurs, comme si elle désirait reprendre le devant de la scène : rideau ! le spectacle est terminé.

Mais c'est sans compter sur les étoiles blanches et la lune jaunâtre qui veilleront à ce que le pêcheur s'endorme paisiblement.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :