Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marin de nul voyage

En l’abysse mouvant

Je rêve aux horizons que hantent obsédants

De leurs rires stridents

De grands albatros blancs glissant nonchalamment

De leur aile impassible paisibles si lents

Sur le ressac du temps

 

 

Marin de nul voyage

En l’abysse mourant

Soûle d’écume gorgée d’eau je divague

De vagues Léviathans , cauchemars d’outrevague ,

Maraudent silencieux soulevant ma voilure

Qui pend effilochée en glauques moisissures

En mes flancs éventrés quelquefois, grave et vain ,

Se berce tristement quelque cadavre humain

Et mes vergues brisées, bizarres arcs-boutants ,

Se prisment irisés d’échos de cathédrale

«  Dé-ré-lic-ti-on » geint l’interminable râle

De mon âme engloutie en l’atroce néant

 

 

Et je rêve pourtant

Marin de nul voyage

Des lointains horizons que hantent obsédants

De leurs rires stridents

Les grands albatros blancs

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :