Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai erré longuement dans la ville, sans prêter attention aux rues que j'empruntais, aux gens que je croisais, aux bruits, aux couleurs, il fallait encaisser, absorber, jamais de toute ma vie je ne m'étais sentie plus isolée ni plus insignifiante.

J'essayais de digérer notre séparation, les consultations chez l'avocat, les moments de désespoirs et surtout la fin de notre amour.

Je devais oublier les disputes, les cris, les larmes et toutes ces nuits que j'ai passées dans le canapé-lit avant de trouver un autre domicile.

Je n'avais pas vu venir ma rivale. J'étais installée depuis 12 ans dans une routine, une vie bien huilée lorsqu'un soir, j'ai trouvé ce soutien-gorge dans notre lit. Je suis comme tombée dans un gouffre vertigineux. Mes jambes étaient en coton. J'étais blanche comme la mort.

L'aurait-elle délibérément oublié ?

Les bonnets de son soutien-gorge étaient 3 fois plus gros que les miens.

Me trompait-il pour cela ? Ce serait trop humiliant !

Puis j'ai eu un flash. Il ne devait s'agir que de Vanessa, cette « pouf » énorme qui ressemble plus à un violoncelle qu'à une sirène. Je gloussais en pensant à son corps.

Je sais, c'est facile de se moquer du physique mais ça fait du bien quand il ne reste plus que cela pour se venger.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :