Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Lorsque Lisa était descendue du TER à la gare de Balestac, elle s'était retrouvée seule sur le quai, à croire que la gare n'avait été construite que pour elle. Un court instant elle avait hésité à remonter dans le train mais, depuis qu'elle s'était embarquée dans cette aventure, quelque chose semblait vouloir forcer sa volonté. Jamais auparavant elle ne s'était sentie si dépendante.

Elle pénétra dans la petite bâtisse et traversa la salle des pas perdus. Les portes étaient ouvertes mais il n'y avait pas âme qui vive, aucun bruit. Quoiqu'un peu effrayée, Lisa essaya de ne pas courir. Les battements de son cœur, amplifiés par le silence, résonnaient violemment dans sa tête. Soudain, elle se figea en apercevant l'homme à l'extérieur de la gare. Il devait avoir cent ans tellement son visage donnait l'impression de venir d'un autre siècle. Ses cheveux blancs coiffés en arrière laissaient voir un haut front strié de rides. Fixement il l'observait puis, sans un signe, il se retourna et s'engagea sur le passage qui s'éloignait vers la forêt.

Avant qu'il ne disparaisse Lisa décida de le suivre. Le sentier bifurquait sur la gauche, rejoignant le chemin de halage qui bordait un canal abandonné qu'elle avait aperçu du train.

Lisa avançait péniblement. A certains endroits le sentier se rétrécissait tellement qu'elle se demanda si le vieil homme était réellement passé par là. Des orties gigantesques  approchaient leurs feuilles acides de son visage  et lui murmuraient de partir. Les ronces plantaient leurs griffes sur chaque centimètre carré. Tout indiquait qu'ici l'homme avait perdu contre une nature affamée.

Un clapotis  lui rappela que le canal était tout proche. Curieuse, Lisa se fraya un passage vers le bord de l'eau pour tenter de voir qui pouvait naviguer par ici. Le vieil homme qu'elle avait aperçu se tenait sur l'autre berge, la main tendue vers une femme tout aussi âgée qui approchait en barque. Quelques planches vermoulues faisaient office de ponton et, lorsqu'ils amarrèrent la barque, Lisa s'aperçut que celle-ci n'était pas en meilleur état. Le trou béant entre les planches disjointes aurait dû l'empêcher de flotter mais le vieux couple ne semblait pas s'en préoccuper. Derrière eux la forêt s'était écartée pour laisser place à une maison dont la porte entrouverte accueillait les voyageurs. 

Lisa abandonna la rive pour remonter vers le chemin et trouver un pont qui lui permette de passer de l'autre côté. Les ronces lui arrachèrent un cri quand elle dégagea  les épines qui s'enroulaient déjà sur sa cheville. A quelques mètres une passerelle rouillée enjambait le canal. Lisa traversa avec précaution, des plaques entières d'acier s'étaient détachées du pont qui surplombait les portes ouvertes d'une écluse. Arrivée de l'autre côté la nuit était tombée et seule la pâle clarté de la lune éclairait encore les lieux. Poussée par la curiosité elle s'approcha de la maison. La porte était murée. Bizarre, elle aurait juré l'avoir vue ouverte.

- Mademoiselle ?

Immobile, Lisa cherchait à savoir d'où provenait cette voix, qui l'appelait. Et puis où étaient passés l'homme et la femme qu'elle avait vus quelques instants plus tôt. Lisa voulu faire le tour de la maison mais une profonde lassitude l'en empêcha. Que lui arrivait-il ? Elle n'avait plus aucune envie de continuer sa visite, ses forces l'abandonnaient, tout s'assombrissait.

- Mademoiselle ?

Lisa regarda autour d'elle. Un homme, penché vers elle, lui parlait mais elle ne comprenait pas.

- Mademoiselle ? Vous m'entendez ?

Le regard de Lisa se posa sur le quai de la gare avant de revenir vers l'homme qui lui souriait.

- Mademoiselle ? Vous m'entendez ? Nous sommes arrivés en gare de Toulouse, le terminus. Vous avez dû vous assoupir.

Lentement elle revit quelques images, le canal, la maison murée et, posé devant elle, sur la tablette, le livre qu'elle venait d'acheter « Les métiers d'autrefois : Éclusiers, ces oubliés ».

Dehors, le soleil brillait.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :