Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

B en voilà, ça devait arriver,
A force de chercher, on trouve
R efrain habituel que vous me serinez.
B ordel, quand je pense que c'est si évident.
O uvrir une page blanche, même froissée,
T enir le stylo au bon angle, sans l'agripper,
E t laisser filer ce que j'éprouve à tout vent,
R éfléchir au bienfondé d'un thème.

C omme par hasard, au moment d'attaquer
R evoilà le téléphone qui s'éveille.
A croire que tout est planifié.
P eut-être un phénomène météorologique,
U ne attirance magnétique,
L iant nos actions en sommeil
E t perturbant l'écriture.

B on en fait, juste un manque d'idées
E t de forte inspiration.
R ésultat, je ne fais que des ratures,
L istant de vagues surimpressions
I llustrant mon humeur du moment,
N iant cette triste réalité,
G erbant des mots à vau-l'eau,
O ccultant des fonds de pensées,
T irant sur l'élastique de mes sentiments.

F aire cette activité comme un devoir,
L ivrer en pâture, sous les lumières d'un show,
O nces ou kilos d'espoir
C omme pour s'émanciper.
O k, personne ne nous y oblige.
N' empêche, ça fait du bien d'écrire.

B onne nouvelle que voilà
R ien ne libère plus, il va sans dire.
I l faut que je me ressaisisse,
L aisse la cloche de mon esprit m'envelopper,
L aisse tout le parasitage ambiant de côté.
A bstraction faite de mon environnement,
N appe abstraite de l'inspiration comme pelisse
T ire à moi des images. Comme dans un coma,
I l n'y a plus de monde autours, juste ce cocon d'isolement.
N e faites pas cette tête, la plongée ne fait que commencer
E t prenez vos tubas, c'est recommandé.
 
A llez, nous voilà partis
S ur des chemins inconnus ou si communs,
S ur des voies aux rails sans fin.
U ne à une, les gouttes d'encre noircissent,
E ffluves incongrues, viennent baigner le vélin.
R ien n'est maîtrise maintenant ici.
U ne brèche vers un monde caché se réalise
S ans savoir ce qu'il en découlera.

N ouveaux paysages, frontières envolées,
O uverture totale sur un univers cristallin,
R amures aux fruits convoités,
M urissent ainsi tant de mots en livrées.
A lors ne reste qu'à faire le tri de ce fatras.

C ourant à la poursuite d'une envolée,
A vec pour seul repère le trait tiré,
C haque syllabe vient ricocher,
H urlant en écho de cette virée :
« E ncore une transe de lâchée ».
T enez-vous, ça va tanguer.

R este un moment de mou
E mergeant dans la furie,
F ilant un doute sur l'équilibre,
L ivrant une drôle de vibration,
E clairant soudain ce délire,
C omme s'il suffit
H umainement d'en frémir,
I risant un éclat de raison,
R etenant la main du félibre.

E touffante devient cette situation,
T irant d'un bord à l'autre
O n ne sait quel cri de loup,
U surpant mon identité crédible,
F lirtant avec ma folie,
F ut-elle si indicible.
E crire n'est-il qu'invention ?

C omme à chaque fois tout fini,
H aletant du bout du crayon
O bliquement orienté.
C haque rime trouve son apollon,
O uvrant un monde qui devient notre.
L ire ce qu'il en sera resté,
A vec ou sans arrière-pensée,
T ient juste de votre satiété.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :