Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

De l’espoir que ce créneau soit le tien,

Au sang que le doute et l’absence envenime.

De l’espace qui m’est inconnu et que j’imagine,

A celui animé d images où tu reviens.

 

Je reste inspiré par le doux contour de tes mots,

De la légèreté d’une syllabe au pianissimo d’une voyelle.

Du silence qu’impose le point d’une phrase nouvelle,

Au signe que tu places sans détour le verbe haut.

 

Je ne saurais chercher à comprendre.

N’avoir jamais appris à lire,

Et pourtant savoir moi seul entendre

Ce que tes murmures ont à dire.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :