Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

La châtaigneraie ardéchoise est maintenant livrée à elle même. Les tons fauves marient les verts tendres, les traits de lumière jouent avec les gouttes de rosée de ce petit matin de mai. L'humus craquant et généreux qui tapisse le sol exhale des senteurs de cèpes et de ruisseau de montagne. Au beau milieu de la troisième terrasse trône le plus ancien des châtaigniers, majestueux ; à son pied, une forme moussue semble demander protection au géant.

 

Belle,

pâle,

douce,

calcaire ?

Souvenirs, lointains

malade, douleur, peur

enfant, petite, fleur ; statue.

Pierre, plus lente,

châtaignier prudent

mais, aider ? survie.

Pousser vers ...

vite, sept ans, au plus,

avant fissure au coeur ;

coup maladroit, boucharde ?

humidité, pluie, entrée

gel, fissures, risques éclatement.

Aspirer éléments minéraux par racines

enrichir sève, photosynthèse accélérée ;

respirer plus profond, énergie vers cellules

rejet non greffé, vigoureux au pied Belle enfant - statue

grimper, pied, mollets, cuisses, ventre, seins, épaules, visage ;

aspirer eau, calfeutrer fissures, ventiler alvéoles, réchauffer, aimer.

 

« Je me sentis comme lavée mais surtout réchauffée ; la douleur lancinante qui dardait sous mon sein gauche s'était atténuée, jusqu'à disparaître. Autant j'avais suivi la lente progression de cette gangue d'os enfermant progressivement mon corps dans un second squelette, autant mon enveloppement par une soie végétale aux senteurs de châtaigne s'était produit en douceur, langoureusement, amoureusement. Doucement un monde de sensations m'avait saisit, à nouveau : allais-je devenir végétale, après avoir été minérale, état précédant une brève féminité humaine ? Souvenirs d'enfance : j'accompagne mon grand-père dans les châtaigneraies tempérées, la taille, le fumage ; je touche à nouveau du coeur ces moments de plaisirs intenses et simples avec l'ancêtre soignant ses arbres à pain, dont certains (dont le mien) approchaient les 1000 ans ! Combien de fois avais-je caressé ces troncs longs, portant à leurs cimes des chatons jaune-verts, puis des fruits aux saveurs subtiles. Oh les doux moments de dégustation de châtaignes chaudes, sortant directement des braises. Oh l'agréable et délicat apprentissage de la greffe en flûte. Le grand-père, quand s'était déclarée la maladie, avait pris le pli de me déposer les après-midis, sous les plus vieux châtaigniers ; oh, la fraîcheur agréable de ce toit de feuilles, les jours de canicules ; oh, les effluves riches et puissantes du tapis de feuilles, cèpes et bolets ! Petit corps d'enfant rongé par la maladie de l'homme de pierre ; chaque jour, mes os se substituaient, consciencieusement, à chacun de mes muscles, à chaque parcelle de ma peau. Le vielle bouche me racontait quotidiennement des histoires de burle du plateau, de vent feuillaret, d'odeurs de forêt, de cerisiers du diable, de châtaignes aux sang. Puis, il y a ... 1000 ans au moins,  vint ce jour où l'osséine décida de s'attaquer au coeur ; le papi était fatigué, usé par le caractère inéluctable de cet envahissement d'une violence rare ; tendrement, il me déposa au pied de mon arbre à pain préféré et tenta de protéger mon coeur. Il faisait doux et légèrement humide, une légère brise caressant les châtaigniers, penchés vers moi, comme attentifs. Mon adorable Papi est assis à mes côtés, inquiet ; je sens flâner mon sang au gré de mes artères, de mes veines - le tronc s'étire ; comme à l'école buissonnière - l'écorce respire ; puis traînant des pieds - les branches se penchent ; volant mon oxygène - les feuilles bruissent ; lance vive dans le coeur - châtaignes larmes ; douleur fulgurante - ciel bleu ; châtaignier triste ; noir. »

 

La petite forme autrefois fragile, au pied du vieux châtaignier se dresse maintenant fièrement, vigoureusement vers le ciel. Il semble que sa greffe en flûte, il y a si longtemps, ait réussi ?  Ardéchois coeur fidèle !

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :