Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grand mère n'est plus. Le coeur lourd, je regarde le jardin silencieux. J'ai la mémoire pleine de souvenirs, de jeux, de rires, de pique nique au milieu des herbes folles avec mes cousines. "les Sauvages" nous appelait-on, avec tendresse. C'était le temps de l'insouciance. Je ferme les volets doucement pour la dernière fois. La maison vide s'apprête à retrouver une seconde vie entre les mains d'un nouveau propriétaire.

 

En vidant le grenier, j'ai trouvé au fond d'un petit coffre, une enveloppe cachetée. Il y était écrit, d'une écriture ronde et élégante :"pour Amy, ma fille". Avant de quitter les lieux pour toujours, je m'installe sur la balançoire. Grand mère n'est plus, Maman non plus. Je sens que cette lettre ne peut être dévoilée et lue qu'ici, où elles ont vécu toutes les deux, comme un dernier message, un adieu :

 

"Ma petite Amy, je ne sais si je fais bien de t'écrire cette lettre. Je ne te l'enverrai certainement pas mais qui sait, le hasard la fera peut être venir entre tes mains. J'ai hésité toutes ces longues années à t'avouer ce qui va suivre, je n'y suis jamais arrivée. C'était en 1942, j'avais à peine 20 ans. J'étais jolie, fraiche, pleine de rêves, confiante dans l'avenir. Lorsque je l'ai vu pour la première fois, j'ai su tout de suite que c'était lui. En un instant, il avait rempli mon coeur, mes pensées. Il était sans cesse présent en moi, je ne vivais plus que pour lui. Il tomba aussi amoureux immédiatement. Nous nous rencontrions, la nuit, faisant fi du couvre feu. Nous nous retrouvions dans la grange derrière la maison, nous nous aimions, refaisions le monde pour après la guerre, car hélas, il s'appelait Kurt, était allemand, guère plus agé que moi. Au petit matin,nous nous quittions en pleurant. Nous nous aimions à la folie, mais le monde ne voudrait jamais d'un tel amour.

Et puis, un jour, je m'aperçus que j'attendais un bébé... de Kurt, bien sur. Il fut fou de joie, dans notre naïveté, nous pensions que grace à ce bébé, personne ne pourrait nous séparer. Oh, ma petite Amy, quel scandale pour mes parents ! Mon père, un homme de tempérament, trouva tout de suite la solution et m'envoya loin, très loin, dans les Alpes, où je fus accueillie dans un couvent.... pour filles perdues, pour filles-mères. Ma grossesse se déroulé dans la plus profonde tristesse, avec pour seule lecture la bible et un vieux livre " journal d'un corps d'armée" une horreur ! Et ces religieuses qui ont tout fait pour me convaincre de t'abandonner ! L'éclaircie, la seule, dans ces sombres moments était qu'un jour, je reverrai Kurt.

Tu es arrivée un beau matin de printemps, et crois moi toutes les femmes s'appellent Marie le jour où elle mette au monde un enfant. Et toi, tu étais la plus belle parmi toutes les merveilles du monde. Deux jours plus tard, je reçus une lettre de mon père m'annonçant la mort de Kurt. Je n'ai jamais su si c'était vrai ou si mon père avait tout inventé pour m'en éloigner, mais je ne revis jamais mon grand amour. Je rencontrai peu de temps après un homme charmant qui m'aima et me proposa le mariage. Peu m'importait, j'avais perdu Kurt, tout m'était indifférent, j'acceptais. Nous sommes rentrés, l'honneur était sauf pour mes parents. Cet homme t'a élevé comme sa fille, il était bon, je l'ai respecté, lui ai été fidèle mais je n'ai jamais éprouvé aucun amour pour lui, et aucun autre d'ailleurs.

Voilà, ma chérie, ce qui je voulais te dire au crépuscule de ma vie. Ne m'en veux pas, je t'en supplie, j'ai aimé ton vrai père à la folie mais à l'époque le monde était fou aussi et chaque jour je retrouvais Kurt dans tes yeux".

 

 

Je referme l'enveloppe, le soir tombe, je ne peux me résoudre à quitter cet endroit, toute remplie d'émotion. Maman n'a jamais su et c'est peut être mieux ainsi. Levant les yeux, j'aperçois la grange là bas. Je souris à l'idée que ma petite grand-mère, aux cheveux blancs, si sage, si douce avait vécu ici même une telle passion.

 

Le froid glisse sur mes épaules, cette fois, je pars : ma fille et mon mari m'attendent.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :