Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cher Père Noël,

Je ne crois plus en vous.

Je ne crois plus en rien.

Mais je dois dire que j’ai quand même envie de vous écrire. A vous, ou à quelqu’un d’autre, c’est bien pareil. Je n’ai pas été sage, mais tant pis, je ne veux pas de cadeaux ! A quoi ça sert les cadeaux quand on n’a plus de famille ou d’amis pour vous en envoyer ? Je suis seul depuis si longtemps. Si je devais juste faire un vœu, ça serait que vous me trouviez un vrai copain avec qui jouer au foot, une maman sortie de nulle part qui me préparerait de bons gâteaux pour le goûter de l’école, un papa qui m’expliquerait pourquoi la terre est ronde et pas carrée, et une petite sœur avec qui me chamailler. En attendant, si vous pouviez aider le pauvre Paul, qui me réserve, à chaque fois qu’il le peut, un petit pain au chocolat quand je passe devant sa boulangerie. Elle tombe en ruine, il n’a plus de clients depuis que sa Joséphine est partie. Elle est allée à la ville, avec le fils Robert et depuis, il est mauvais, aigri, et il faut que je me motive pour manger ses pains au chocolat qui n’ont plus le goût de rien… Je vais finir par attraper une saloperie de maladie avec ses friandises, mais tout de même, je ne peux pas les refuser… Ca serait bien qu’il s’entende bien avec la mère Juliette, la Directrice de l’orphelinat. Elle n’a pas de mari, pas d’enfants sauf tous ceux dont elle s’occupe mais c’est pas la même chose tout de même… Elle dit toujours que nous ne pouvons pas nous entendre avec tout le monde, que tout est question d’a-ffi-ni-té… C’est son mot, ça ! Entre aigris, ils devraient bien s’entendre, alors ? Et puis comme ça, elle serait peut-être moins sévère avec nous… Elle dit aussi que l’amour rend aimable… Alors faut lui en donner une bonne dose mon petit Père Noël, plusieurs traineaux même, parce que sinon elle va bientôt se transformer en une vieille ânesse, bête et têtue ! Surtout que je ne suis pas toujours très agréable avec elle, et je lui en fais voir toute la journée. J’aime bien la faire tourner en bourrique, comme ça je m’ennuie moins ! Lola, elle dit que j’exagère.. Lola, elle est gentille. Trop peut-être. En tout cas, c’est la seule qui s’intéresse à moi. Le soir, une fois couchés, quand on est bien sûr que tout le monde dort, on sort en cachette de nos dortoirs et on se retrouve au 3ème étage, là où c’est interdit d’aller. On se met à la grande fenêtre et on parle aux étoiles. Parfois elles se mettent à clignoter, on dirait qu’elles nous comprennent. Lola dit que ses parents sont dans les étoiles, moi j’y crois pas trop. Mais c’est bien quand même de leur parler. Lola, elle aimerait bien avoir un petit chat, elle le dit souvent aux étoiles, alors si jamais vous pouviez lui en mettre un sur sa route… elle serait super contente ! Et moi je serai heureux aussi comme ça la mère Juliette, elle pesterait et ça me ferait rire ! Parce qu’ici, on n’a pas trop l’occasion de rire. C’est triste. Tout est triste. Je vois bien qu’ils font tous des efforts pour nous faire rire,  mais je crois qu’ils n’ont jamais appris non plus. Ce soir je parlerai aux étoiles. Je leur demanderai de nous envoyer plein de rires pour la nuit de Noël. Et si vous le faisiez aussi, on aurait peut-être un peu plus de chance que ça arrive… Et comme ça, Le pauvre Paul, la mère Juliette, Lola et moi (et le chat aussi si possible) on serait super heureux. On aurait plein d’a-ffi-ni-té !

Gros bisous à vous.

Lolo.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :