Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l’eau rougie de mes paupières,

ruisseau qui jaillit en cascade sur tes cheveux déliés,

comme liqueur amère, comme un soir bleu d’avril

je m’accroche à ton corps,

à tes seins nus

plus blancs que blancs rochers.

 

Au soir d’un jour qui meurt, sans attendre demain,

sourire dans mes pleurs aux rais d’un clair de lune,

à l’arc-en-ciel jouant entre tes cils,

à la lumière oblique qui s’enroule à tes pieds

comme au dernier soleil fines gouttes d’embrun

s’écrasant sur ta peau plus douce que mes larmes.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :