Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon agacement est à son comble ! Je n’en peux plus d’attendre mon tour. Il n’y avait que quatre personnes avant moi, alors je me suis dit, bon ça ira assez vite. Et bien non ! Cette espèce d’individu qui se trouvait juste avant moi, n’en finit pas de raconter  ses déboires :

 

-         Mais j’étais là quand votre facteur est passé, s’il avait sonné j’aurais entendu !

-         Monsieur, si le facteur a déposé un avis dans votre boîte aux lettres c’est que vous n’avez pas répondu au coup de sonnette.

-         Et je fais comment pour récupérer mon paquet ?

-         Il vous faudra revenir demain, car votre paquet est retourné au dépôt.

-         Au dépôt ? Mais quel dépôt ?

 

Je suffoque, je me sens prise en otage,  ma vision se trouble.

 

Le sourcil levé le guichetier prend son temps pour lui répondre :

 

-         Monsieur, vous avez attendu plus de quarante huit heures avant de vous manifester, donc le colis est reparti au dépôt. Il faut que j’appelle pour qu’on le ramène demain.

-         Demain je travaille moi, et je n’ai pas que ça à faire.

-         Moi non plus, Monsieur, je n’ai pas que ça à faire et j’ai des clients qui attendent.

 

Je vais craquer, cela fait dix minutes que ça dure. Il me faudrait un exutoire. Dommage que je ne fume pas, j’aurais bien grillé une cigarette et envoyé la fumée sur la sale gueule de ce type !

 

Enfin, ça y est, c’est à moi, le sale type est parti. Je me lève d’un bond, je cours pour arriver au guichet de peur que quelqu’un prenne ma place. Le guichetier me gratifie de son plus beau sourire pour occulter son impatience sans doute. Et ce sourire me fait oublier en une seconde ma longue attente.

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :