Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Me voici pris en otage, incapable de fuir, prisonnier de ce maudit véhicule dans lequel je me retrouve coincé depuis maintenant 82 minutes 24 secondes! Au beau milieu du mois de juillet, on peut dire que ma température interne se réchauffe à vue d'œil. En plus, ce foutu air climatisé qui a rendu l'âme il y a à peine 3 jours. C'est bien ma veine! Ma colère n'aide pas les choses je le sais bien mais comment m'empêcher de rager dans de telles circonstances. J'en perds mes moyens. Ma voisine de gauche qui ose me regarder avec un regard noir qui en dit long sur ses propres états d'âme, fait les frais de mon agacement. Je lui réponds par une grimace qui signifie « va te faire voir ailleurs connasse ! ». Elle répond à ma mimique en me faisant un doigt d'honneur ! Et moi, encore plus con qu'elle je l'invective de plus belle ! Non mais quelle poise, moi qui ne demande pas mieux que d'aller me rafraîchir le corps autant que l'esprit sur un bord de mer désertique ! Je suffoque, je manque d'air, je vais m'évanouir, je me déshydrate et pas une goutte de liquide quelconque dans cet habitacle de métal surchauffé quand tout à coup, j'aperçois mon voisin de droite en train de siroter une petite bière ! Je salive, je serre le volant à m'en faire craquer les jointures. À sa droite, sur le siège du passager, trône une glacière qui, bien sûr, doit être remplie à ras bord de ce liquide aux propriétés désaltérantes reconnues. Quel prévoyant ce mec !  Si seulement il pouvait me regarder je lui offrirais tout ce que j'ai dans mon porte-monnaie pour qu'il consente à me vendre une petite fiole remplir d'élixir blond. Pour l'instant, il ne daigne pas le moindre petit regard vers moi, mon agacement est à son comble. Il le fait exprès de m'ignorer ou quoi ? Il se prend pour qui cet individu ? Me voilà qui lui fait des grands signes pour qu'il réagisse à mon désarroi quand j'aperçois la conne d'à côté rire à gorge déployée en … se délectant d'un jus de fruits qu'elle sort de je ne sais où. Non, mais ils font exprès ou quoi ???? Des visions d'horreur m'habitent : je sors de ma voiture, je les étrangle tous les deux et je vole leurs breuvages. Pour me calmer j'en grillerais bien une mais ÉVIDEMMENT mon paquet de cigarettes est bêtement resté sur la table de cuisine. « Fais un effort mon vieux » me dis-je pour occulter les scénarios d'horreur qui me viennent à l'esprit. J'ai beau me creuser les méninges, aucun exutoire ne me vient à l'esprit.  Je ne connais même pas la cause de ce foutu bouchon de circulation qui me cloue sur place. L'envie de tout laisser en plan me traverse l'idée mais où irais-je à pied sous cette chaleur intenable alors que je me trouve au beau milieu de l'autoroute ?  Je me désespère ! Je finis par m'appuyer le front sur le volant brulant et je pleure toutes les larmes de mon corps en sanglotant : « Ce n'est pas possible! Ce n'est pas possible! Débuter des vacances de cette manière………… ». Je sursaute en entendant un bruit que j'identifie comme étant du verre qui frappe du métal. Je relève la tête et mon compagnon d'infortune m'offre une petite pinte toute froide.   Les sourcils m'en tombent ! Qu'est-ce que je me retiens de lui sauter au cou et de l'embrasser ! C'est la conne d'à côté qui va râler.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :