Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Né d'un sombre éclair,

Jailli d'on ne sait où

Dans un éclat de voix, l'ennui.

Il regarde à la dérive, canalisé

Dans ce courant qui s'enfuit, figé

Devant temps de folie, sage

Comme le pion de ce jeu.

Il avance sur cet échiquier,

Vers ces phrases d'où on le fuit.

Il apparaît en visage

Contrit de joies gâchées,

S'incruste profondément en chair,

Regarde défiler les mois, serein

De détenir la clef du feu

De l'envie dans son coffre de désespoir.

S'étouffe le temps, nuit après nuit,

Il invoque le vent et attire la pluie,

Scinde l'allant pour repeindre en gris

Le mur des jours désunis.

Il aime la clarté du noir

Comme abstraction de vision,

Se complait à laisser choir

La bondissante ambition.

Coulent des années sans gloire,

Avant l'éveil de l'esprit.

Il suffit d'une lumineuse inattention

Pour qu'il se laisse surprendre.

Pourtant confiné dans tous les plis,

Il va subir sans attendre

La divine et humaine sensation

Indicible du miracle de la vie.

En son sein, vient d'éclore

Dans un champ déporté,

Un autre éclat qui luit.

Voilà donc qu'il déplore

Tout ce temps avorté,

Arborant au décor

Une mine réjouie.

Rien ne peut-être mort,

Il s'éveille pour un cri.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :