Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qu’ai-je donc à regretter ?

Si peu de choses en vérité

Je me suis gorgé des étoiles

Mon Almée, ma Voie Lactée

J’ai bu le vent à ta source

Noyé dans l’écume ambrée

De tes cheveux désinvoltes

La pâle clarté de ton sourire

Comme suave force de loi

Car en un éclair j’étais à toi

Je m’y reprendrais aisément

A ce jeu de vieux enfants

Sonnant des joyeux sanglots

De mes lèvres contre ta peau

Au doux supplice de ce regard,

Foudre emballée dans la soie

Fièrement mené à l’échafaud

Mon cœur est mort chaque jour

Où ton visage s’est posé sur lui

Qu’elle fut belle mon ivresse

A croquer de ton odeur,

A m’épancher de ta chair

Et je maudis ma triste mémoire

La pluie sèche de mes souvenirs

Rendant aride jusqu'à tes courbes

Te réinventant jusqu’à l’infini

Apaisant l’oubli, sage hérésie

Je gifle parfois l’amertume

En remerciant le chemin pris

Et je pleure plutôt ces autres

Sans brasier à leur poitrine

Sans ton souffle dans leur dos

Je peux alors quitter ce monde

Adolescent serein en fin de vie

Peu m’importe la suite en vrai

Déjà immortel au creux de tes reins

Qu’il est doux cet épilogue

A regarder par-dessus mon épaule

Ce chemin pavé de tes éclats de rire

Ce périple insouciant que tu as fait de ma vie

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :