Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un passage?   Non ...

 

D'une époque à l'autre.

 

Il  y avait  d'abord ce souvenir d'enfance : les hommes humbles se débattaient et luttaient  contre une nature  dure , ingrate, avec des moyens dérisoires: une araire pour le labour ,une faucille pour la moisson, un van  pour battre l'épie : d'où misère et paupérisation . 

La population  autochtone vivait au rythme du passé : " parce que l'avenir leur était  une contrée étrangère". Dans les années  soixante,  une ère nouvelle s'annonçait, plus  clémente : grâce  à  des reformes engagées particulièrement la  mécanisation de

l'agriculture:  la terre  alors  féconde , recevant l'effort  le  rendit  amplement mais ...  si  productive  qu'elle fut, elle  induisit déracinement , et exode de tous les bras devenus inutiles.

La campagne  se vida : par vagues successives,  des familles entières envahirent alors les villes et les villages ... 

Investies  ,submergées par  une population paupérisée, pleine d'amertume, de doute mais aussi d'espérance, accourant à la découverte d'un autre aspect, qu'ils espéraient plus favorable, de la vie... Ces villes furent   donc, cernées   de bidonvilles :  faits 

de bois et  tôle - investies par la multitude : Les hommes, adossés aux murs en tôle , assis sur des  pierres, au seuil de la porte, ne  retrouvèrent  que  le désœuvrement chronique, qui fut le leur depuis toujours.  Les  femmes , procréatrices fécondes,  toujours recluses et soumises  Les jeunes adolescents  découvrirent la rue et le cinéma qui leur tracèrent le rôle à jouer et surtout le modèle - souvent néfaste- à imiter. Les plus jeunes, filles et garçons envahirent l'école publique gratuite : ferment d'une anticipation annoncée, prémisse d'une hésitante,  démarche  vers  la  modernité, qui  ne fut, pas toujours  comprise, ni admise  par certains, et  parfois  même combattue par  les plus rétrogrades .

 

Lors de ce passage long et  mouvementé à une autre époque, je ne fu ,  comme tant d'autres de ma génération qu'un témoin.

 

D'une société à une autre.

 

Conséquemment à  ces changements   douloureux, la société opérait lentement une mue   hésitante, désordonnée et souvent déchirante. En effet, figée, retardataire, analphabète, fataliste et  patriarcale -elle le fut ,pendant très longtemps, pour des raisons exogènes  - elle va peu à peu, grâce  à  la généralisation des enseignements, à l'industrialisation naissante, au développement  de la radio  de  la télévision - (dont les paraboles  happant  le  ciel,   dégurgitaient les idées , et des images d'ailleurs sur des 

milliers  de foyers  ) - s'adapter  et s'approprier  les  normes et  modes de la vie urbaine et moderne. - Une  modernité germant ,avançant "à la vitesse  du plus lent"- : les tabous  - ces verrous séculaires-  craquelaient, s'étiolaient , la pratique  des mariages  consanguins,  de la polygamie régressait .

Mais,  la bête immonde, tapie  à l'ombre, tissait sournoisement ses filets , s'accaparait les lieux de culte ... s'élevant brutalement au dessus des lois  elle s'appropriait les rues ,  au nom d'une  fallacieuse  interprétation de la Religion. Elle   prohiba  alors la 

culture, imposa  sous peine de châtiment  l'austérité, anathématisa l'enseignement des langues étrangères:  contraignit les jeunes femmes , étudiantes, lycéennes  et même  les écolières , portant  toutes rétives, récalcitrantes  à porter des tenues vestimentaires d'un autre âge. Ce projet de société, que l'extrémisme fanatique, espérait instaurer se heurta à la volonté de la population où le sentiment de dignité et de liberté était  vif. Des citoyens et des citoyennes - qui  avaient , les premières, senti l'imminence du péril théocratique - descendirent par milliers dans les  rues de toutes les villes pour crier leur rejet du  projet rétrograde , pour affirmer haut et fort " OUI  à la vie ", "Oui à l'honneur des femmes".. "Oui à la liberté"

 

Anonyme, parmi des milliers d'anonymes, j'y étais.

L'hydre fut terrassée mais  non anéantie ... mais au prix de combien d 'assassinats  ?  de femmes enlevées et violées,  de  destructions... ?

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :