Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il dormait dans sa poussette, ses parents l’avaient emmené dans la forêt, et  profitèrent du sommeil de leur petit ange pour aller cueillir des fraises des bois. La sorcière qui passait par-là fut attirée par la tête blonde de l’enfant, et d’un coup de sa mauvaise baguette magique le transporta  dans sa cabane. Elle se disait qu’il lui servirait peut-être un jour pour ses expériences. Elle brûla la poussette dans sa cheminée et enferma le bébé dans le tiroir du seul meuble qu’elle possédait, à part une paillasse et un gros chaudron ou bouillonnaient toutes sortes d’herbes et de bestioles.

Lorsqu’il se réveilla, le bébé hurla, il avait peur dans le noir. La vieille femme ouvrit le tiroir et lui somma de se taire. Ce qu’il fit car il était terrorisait.

Dès qu’il entendit la porte se refermer, il poussa un peu le tiroir et osa sortir ses deux menottes, puis en forçant un peu plus il arriva à ouvrir un peu plus le tiroir de façon à sortir sa tête. Beurk ! Pensa-t-il, c’est sale ici. Ces toiles d’araignées qui grimpent vont bientôt m’atteindre ! Et ces deux pauvres escargots pris dans la toile ! Ils sont comme moi, prisonniers.

Il sortit un peu plus la tête et regarda au-dessus de lui. Une brioche ! Il avait faim, mais celle-ci était moisie. Il y avait bien une assiette avec des macarons, mais elle lui semblait inaccessible. Il regarda du côté du hachoir à viande, pourvu qu’elle ne s’en serve pas pour me hacher menu ! Tant pis, il fallait qu’il attrape les macarons. Il tira un peu sur le napperon ou se trouvait un amas de choses. Il tira encore un peu, encore plus fort, et vlan ! Tout dégringola, le moulin à café, le citron, les pots, les cuillères en bois, les assiettes, la marmite,  les pots de confiture.

Oh ! Là ! Là ! Si la sorcière arrive, je suis sur qu’elle va me mettre dans le chaudron. Il faut que je saute, tant pis si je me casse une jambe, mais il faut que je me sauve.

Les parents étaient partis à sa recherche, ils fouillèrent tous les coins pendant de longues heures. Ils arrivèrent près d’une cabane, il faisait presque nuit. Ils sursautèrent en entendant un vacarme à l’intérieur et s’y précipitèrent. Ils trouvèrent leur bébé assis par terre, une rose à la main qu’il tendit à sa maman.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :