Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Elle a vécu, seule, pendant quelques mois ... Il l'avait quittée subitement pour rejoindre le Royaume des cieux.

 

Ils avaient vécu, depuis leur mariage dans les années vingt du siècle dernier, dans une maisonnette, à la lisière d'un bourg des Grands Causses, d'où émergeait un clocher d'un petite église. Ils travaillaient , alors , tous les deux , chez un riche éleveur d'ovins : lui berger, elle femme à tout faire: ménage, traire les brebis,  battre le lait.

 

A la fin de la vie active, ils menèrent une vie retirée, une vie d'anachorète. La  bicoque où ils vivaient était petite , modeste, sans eau courante ni cabinet d'aisance; un chalet, situé à quelques mètres de là, dont les clefs sont , toujours,  appendues à la grande patère , suffisait... Ils ne sortaient que le dimanche pour se rendre, le matin ,à l'église  , pour l'office du matin .

 

Après la mort du conjoint , pour subvenir à ses besoins, elle vendit le grand lit , le réchaud, les divers vieux meubles ,  acheta un lit  métallique d'une place; elle garda le petit buffet à deux portes , au tiroir sculpté , sur lequel  , elle posa pêle-mêle tout ce qu'elle avait jugé utile,  nécessaire à sa survie :Les ustensiles de cuisine ( faitout, assiettes , cuillères moulin à café...) la nourriture ( miche de pain, saucisson , légumes, fruits , douceurs ...) tout à portée de main.

 

Elle n'avait plus notion de temps: l'éphéméride mural a perdu,  depuis longtemps, la dernière feuille datée.

 

Elle attendait  et espérait une fin rapide. La mort vint... Le temps  figea la demeure telle que l'avait disposée la défunte; permettant  ainsi , à l'araignée de tisser, tranquillement , des toiles montant à  l'assaut de la porte  entre- ouverte et , aux gastéropodes, toutes  

cornes dehors, de ramper vers le haut du buffet.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :