Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blanchette et  Piggy, deux animaux qui n'étaient pas faits a priori  pour vivre ensemble, et poutant !! Blanchette s'ennuyait en beuglant dans son étable  et Piggy, dans sa bauge voisine, poussait des cris de goret à longueur de journée. Blanchette répondait par des meuh désespérés qui fendait le coeur tendre du potelé et rose Piggy.

 

Un jour, n'y tenant plus, Piggy tira sur sa corde tellement fort qu'il partit atterrir les quatre fers en l'air  sur le tas de fumier du père Colin, situé juste en face de la porte, qui par bonheur pour lui, était restée ouverte.  Piggy, qui devait bien peser ses deux cents livres, eut bien du mal à se redresser et ce ne fut, d'ailleurs, qu'au prix d'efforts surhumains.  Blanchette le regardait en coin et ne put s'empêcher de pouffer de rire.

 

- Alors, le gros, on dirait que tu cherches à t'évader ?

 

- Ne m'en parle pas, c'est l'enfer ici, on étouffe dans cette crèche, et le sol est tout boueux, je sens mes vieilles douleurs qui resurgissent et j'ai attrapé un rhume de cerveau ,  atch... atch...

 

- chum, complète Blanchette, sans perdre de sa folle gaîté.

 

- Et toi, tu ne t'ennuies pas dans ton étable ?

 

- Ah, que si, je rêverais de quitter cette horrible cambrousse et d 'aller m'installer à la ville. J'ai toujours eu horreur de la campagne, ça fout le cafard et ça sent mauvais...

 

_ Tu l'as dit, ma cocotte, et de surcroît, on ne peut pas dormir tranquilles, à cause de cet imbécile de Chanteclerc ...

 

- Celui-là, si je pouvais l'étrangler, et en plus, il a le toupet de venir me narguer jusqu'ici !!

 

- Moi, c'est pareil,  il vient faire le  malin en se dressant sur ses ergots et en ébouriffant sa crête, tu parles d'un prétentieux. Et ces crétines de poules qui n'ont pas honte de se faire sauter par cette stupide volaille...belle mentalité !

 

- J'ai une idée ! Si je te délivrais de cette vilaine corde qui te serre le quiqui, cette nuit, quand les vieux seront endormis, on se fait la malle. Qu'en penses-tu ?

 

- Piggy, tu es un chef, je te nomme le roi des cochons et le président de tous les Français !

 

- C'est trop d'honneur que tu me fais, chère Blanchette, allez, ce soir, tiens toi prête, à minuit tapantes, je viens te délivrer. Et surtout, pas de bruit, il ne faut pas éveiler les soupçons.

 

Ainsi dit, ainsi  fait. Notre astucieux Piggy avait la dent longue et le plan fomenté par nos deux compères réussit à merveille. Il fallait les voir gambader sur le petit sentier forestier qui rejoignait la ville, Blanchette redressant sa jolie touffe de poils blancs et battant l'air avec sa queue, Piggy, plus léger que jamais qui dansait en chantant de jolis refrains de son enfance : un petit cochon/Pendu au plafond/Tirez-lui la queue/Il pondra des oeufs... Blanchette hurlait de rire et c'est en batifolant qu'ils atteignirent les premières maisons de la ville.

 

- C'est pas le tout, dit Blanchette, qui avait repris son sérieux, il va falloir travailler pour se nourrir !

 

- Ton idée traduit un solide bon-sens, reprit Piggy, cherchons le bureau d'embauche le plus proche,  on arrivera bien à trouver un job, à la longue, on n'est pas des feignants, non ?

 

Et c'est ainsi que le surlendemain, on put lire dans le journal local cette surprenante annonce : Du jamais vu à Trifouilly -les - Gonzesses : Une vache et un cochon s'inscrivent au chômage.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :