Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand le ciel bigarré de novembre

Colore la mer de ses teintes sombres,

La houle se drape de lichens

Qu'elle plie et déplie jusqu'à la grève.

 

Mais quand l'aquilon surgit,

Hurle et mugit les flots, alors,

Déferlent, s'enroulent et viennent

Se fracasser sur les récifs.

 

Au soir, balayant les ondes  noirs, les rayons

Du phare dévoilent les écueils des  profondeurs,

Aux hardis capitaines, à leurs gouvernails, accrochés,

Les routes incertaines des escales lointaines.

 

A l'aube, sous le ciel pourpré, l'alizé fripe

La mer céruléenne, la roule ,l'ondule, la pousse

Jusqu'au rivage de la péninsule  éloignée

Pour offrir  la blanche écume au sable doré

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :