Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand je l'aperçus, je fus  conquis. On m'a dit qu'elle est , l'avant dernière , d'une famille étrangère dont la plus grande est une... de douze  et la  toute dernière , une de ... deux.  Charmé ,  séduit ,  je la saisis , après,  l'avoir scrutée ,minutieusement , je  la   levai,  la palpai , et finalement, je l'acquis... Depuis , tous  les matins, elle trône sur la gazinière, altière. Il faut dire: elle est  belle  mon italienne. Elle n'est pas gourmande ma cafetière : trois   tasses seulement : cela me convient et me comble...Chaque matin,  avant même de me laver, je l'alimente, en  l'eau  et  en poudre   café , je la pose , ensuite délicatement sur le " petit feu''  de la cuisinière. Patient , je la fixe .Mon imagination féconde , déborde... Bien que le temps et l'usage aient grisé son corps d'aluminium, un corps à la forme singulière; à cet instant,  je  crois , la percevoir,  coiffée d'un large chapeau vietnamien ,   acéphale  statue, au corps divin qui rendrait jaloux , celle de Milo ,  parfois au gré des minutes ,elle m'apparaît  en  caryatide,  Aphrodite statufiée, portant haut et fièrement le bouclier d'un   invincible guerrier  Troyen... Mais le ronflement  habituel , la  montée rapide et bruyante des volutes blanchâtres,  odorantes qui   s'exhalent et viennent , très vite ,  fleurer tout l'espace de la cuisine et chatouiller mes narines, me rament à ma réalité... et j'  aperçois  , alors que le bouclier de l'invincible guerrier  Grec , n'était ,en fait  , que le couvercle décagonal de  la cafetière que  surmonte le cimier noir. J'empoigne   l'anse   noire et   ergonomique , me verse un findjel de   café noir, à arôme suave et  pénétrant...  C'est à ce moment  là que j'éprouve pour mon   italienne, une dilection sans borne

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :