Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’ourlet de ma robe pendait lamentablement. Deux lavages et elle était devenue un vrai chiffon. Et moi je ressemblais à une poupée de chiffon !

 

Je grimaçais en apercevant mon reflet dans la vitrine d’un magasin. Pourtant la vendeuse m’avait garantie la qualité du tissu. J’hésitais, mais le petit air de connivence que m’avait lancé le beau jeune homme qui accompagnait sa copine fit pencher la balance. Bon, je la prends !

 

Là, maintenant je me trouvais imbuvable. Une roche de chanvre, voilà ce que je portais. Pire qu’un sac de patates ! Je ne souhaitais qu’une chose, me faire happer par la foule.

 

Et cette touffe de cheveux qui dépassait de mon chapeau ! Une horreur ! Un cauchemar !

 

J’avais un rendez-vous important. Le libraire de la place de la mairie m’attendait pour que je dédicace mon nouveau livre. Je n’avais pas le choix, mais j’étais intimement convaincu que je ne pouvais pas me présenter attifée de la sorte !

 

Une panique venant du tréfonds de mon être s’empara de moi. Je m’engageais malgré tout dans le couloir, éclairait d’un simple faisceau, menant à l’arrière de la boutique. Toute à mes pensées négatives, je ne vis pas le monticule de gravats laissé là par des ouvriers sans doute ; je trébuchais et m’étalais de tout mon long. Je me relevais à la hâte et m’aperçus que ma robe était sale et … déchirée.

 

Envahit par une sorte de haine et complètement désespérée, la tigresse en moi ressurgit et je me mis à feuler, à feuler jusqu’à épuisement !

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :