Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paisiblement adossé contre le parapet, il contemple le ciel paisible et étoilé de ce début de nuit d'été où la lune pleine et auréolée se dévoile à la vallée. Une douce brise fleurie le berce de son doux parfum, faisant flotter le reste de sa houppette encore accroché à son crâne déjà fortement dégarni.

 

Ah ! Qu'il est loin le temps de sa vigoureuse jeunesse où il parcourait montagnes et vallées, porteur des nouvelles des contrées de son seigneur.

Ah ! Qu'elle est loin l'époque où chevauchant contre vents et giboulées il accomplissait coûte que coûte son labeur. Toujours sur la route, allant de village en village porter la  bonne parole de son maître, volant de missive en missive pour une belle ou un corps d'armée.

Le pion essentiel du lien de la souveraineté par qui circulaient édits et décrets, jusqu'à ce jour maudit où l'espace d'une seconde d'inattention il fut mordu…

 

Les générations sont passées et sa royauté s'en est allée, laissant place à un nouveau régime qu'il servit sans complexe jusqu'à l'avènement de cette société où la communication a de moins en moins besoin des hommes.

Il a bien tenté d'y résister, l'espace d'une seconde ou d'une vie… Il ne sait plus.

 

Pour lui, le temps a fait son œuvre. La dégénérescence s'est installée, le grignotant ostensiblement. D'abord son système pileux puis, ses cheveux, ses dents… Là il regarde ses doigts décharnés et craquants aux moindres mouvements.

 

Il n'a pas eu d'autres choix que de se recycler loin de sa terre, sur une île perdue où subsiste un dernier fief dont sa présence justifie le seul intérêt. Mais à quoi bon être maudit quand on ne peut plus en rire sous risque de se démancher la mâchoire ? Elle est assez rafistolée avec les moyens du bord, les nœuds de lierre lui laissant un goût aigre dans le fond de sa gorge, dont il ne reste que le fond d'ailleurs…

 

Il fixe l'horizon et attend comme chaque mois avec envie, impatience et douleur.

La lune luit en son entier, permettant pour quelques nuits d'avoir la sensation d'être encore vivant, de savourer ces quelques secondes d'éternité.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :