Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La lune était pleine. Au bord du lac, la population célébrait sa fête traditionnelle.

   Au cours du banquet, un étranger arriva et demanda à participer à la  cérémonie. Mais le chef lui disait que c’était impossible car leur loi interdisait au non résident de prendre part à la fête traditionnelle de l’île.  En revanche il  pourrait l’assister  la prochaine fois à condition bien sur d’avoir résidé au moins cinq jours sur l’île.

 

    Devant le refus du chef, l’étranger lança une pierre apparemment anodine dans le lac avant de repartir. Quelques secondes plus tard, un gros crocodile sortis  du lac et avala un bon nombre de personnes.

 

    A partir de cette nuit, à chaque pleine lune le crocodile sortait du lac.

 

     Il était surnommé Tricroco à cause de ses trois têtes. Il était redoutable. A chaque sortie, il avalait tous ceux qu’il trouvait sur son passage. Les maisons où il   entendait des renflements étaient était détruites et les occupants avalés. C’était pourquoi lorsque la lune était pleine, personne ne dormait ni  même les enfants et les malades.

 

    Fatigués, les habitants de l’île vendaient tous leurs biens pour s’attacher les services d’un puissant chasseur. Il s’appelait Zogloglo. On disait qu’il n’avait jamais dormi  depuis sa naissance. Et qu’il pouvait tuer des moustiques rien qu’avec son regard.

 

  Zogloglo fut accueilli comme un grand chef d’Etat. Ce soir, toute l’île était en fête. Tout le monde se bousculait pour avoir une place auprès de Zogloglo  afin d’être en sécurité.

 

    A vingt heures, Zogloglo demandait à tout le monde d’aller se coucher et de ronfler à volonté.

 

  « Zogloglo le puissant

Zogloglo le terrible

Zogloglo oui c’est moi Zogloglo » Chantait-il en se dirigeant vers le lac.

 

   Au bord du lac le chasseur était excité. Il     ne tenait pas en place. Il criait : « Sort ! Sort vite de l’eau ! J’ai pas le temps moi. » Pendant  que le chasseur s’agitait, l’animal sortis du lac et se planta   derrière lui. Dès qu’il l’apercevait, il cris de nouveau : « C’est bien toi ? Sache que je suis venu pour te tuer. » Sans perdre de temps il lança des épines sur l’animal. Ce dernier répliqua en crachant du feu. La batille s’engagea. C’était violent et terrible.

 

    Des cris horribles parvenaient à la population depuis leurs cases. Mais ils étaient sans crainte car ils croyaient à la puissance de Zogloglo.

 

   Après un coup suivi d’un cri, tout était redevenu calme. Ils n’entendaient plus rien .Plus de combat. Que se passait-il ? Personne ne le savait. Personne ne pouvait soutir Zogloglo avait-il tué la bête ? Ils ne voulaient pas imaginer le contraire.

 

   Le silence devenait de nouveau pesant. Brusquement des cris : « Au secours ! Au secours ! Tricroco va me tuer. Vous n’avez vendu à votre démon. » Un instant après, plus rien. Tout redevenait calme. Seul le chant de la brise traversait l’île.

 

   Le bruit d’une porte rouillée brisa de nouveaux le silence. C’était une petite fille de cinq ans : Sasha qui sortait d’une case avec sa peluche dans la main. Ses parents tentaient de l’arrêter en vain. Elle se dirigeait vers le Tricroco. Tout le village était sorti comme si la sortie  de la fille leur avait donné de la force. Mais ils étaient tout de même cachés derrière des gros arbres.

  

    Sasha se tenait devant l’animal et disait : « Salut ami !» La bête  ne réagit. Elle donna sa peluche à Tricroco. Il hésita  un instant avant de la prendre.    Dans les secondes qui suivaient, un violent séisme secoua l’île. Dans cette secousse Tricroco perdit deux de ses trois têtes 

   Derrière les arbres la population regardait Sasha monter sur la bête. Elle cria : «  C’est gagné ! ».Et disparu   dans le lac avec l’animal.

 

   Peu de temps après, tous ceux que le Tricroco avait avalés sortaient du lac. Ils avaient fêté le retour de leurs amis, parents…

 

   Depuis  ce jour, personne n’avait plus revu le Tricroco et Sasha.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :