Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On raconte qu’un jour, une météorite percuta la terre pour lui proposer un pacte.

 

Autrefois, le soleil était un dieu. Un dieu triste qui était fâché avec sa ravissante amie la lune après laquelle il se lassait de courir sans jamais pouvoir la rencontrer.  Les deux amis  passaient leur temps à se laisser des messages qu’ils déposaient subrepticement derrière l’horizon.

Mais c’est bien connu, le soleil est un fainéant, et répondre aux billets doux  de son astre préféré commençait à le décourager. Non seulement il n’avait pas la plume facile, mais aussi il attendait beaucoup plus de sa belle que quelques mots attentionnés sur un morceau de papier ! La déesse des songes, elle,  rêvait d’avoir un enfant et il se sentait bien incapable de pouvoir assouvir ce désir.

Parfois, lorsqu’il pleuvait, ventait ou neigeait, notre ami le soleil restait tapi derrière les nuages à réfléchir. Comment provoquer une rencontre ? S’il en avait eu les pouvoirs, il aurait bloqué le temps afin de s’offrir à la lune chaque nuit de son existence. Mais voilà, il avait beau être un dieu, il n’avait malheureusement pas cette faculté- là car il lui était totalement impossible de changer la nature des choses : la lune devait continuer à se lever à l'est quand lui était au midi, et elle, à se trouver à son tour au midi quand son ami se couchait à l'ouest.

Il avait croisé la lune pour la première fois lors d’une éclipse. Ce premier contact avait fait tressaillir tout ses rayons lorsqu’il découvrit l’astre séduisant dans une robe flottante, éblouissante ballerine se dandinant entre la terre et lui. Le spectacle était fascinant mais fut de courte durée. La lune se trouvait alors dans l’ombre de la terre et pouvait laisser entrevoir au soleil ses charmes pénétrants et sauvages…

Malheureusement, ce face à face ne s’était pas produit depuis un bout de temps et le soleil n’avait pas eu le temps d’avouer son amour à la lune. Et puis il y avait toujours la terre entre eux pour gâcher cet instant enchanté.

Un jour, las de ce cache-cache insensé, le roi du jour disparu pour de bon. De pluies fines et régulières, la terre fut frappée progressivement par des tempêtes dévastatrices.

Lorsque l’astre de la nuit ne trouva plus de mots doux derrière l’horizon, son visage large et rond devint mélancolique, son corps terne et ténébreux.

La terre, elle, se fâcha et implora le soleil de revenir.

Le soleil admis qu’il était ridicule de continuer de la sorte et envoya sur la terre un messager sous la forme d’un brin de poussière cosmique. La première tentative fut un désastre : à peine entré dans l’atmosphère, le météore brûla. La terre aperçut cette étoile rapide et étincelante répandant autour d’elle une lumière éblouissante et, alors qu’elle se désagrégea dans l’atmosphère obscure, se moqua de son ennemi le soleil qu’il avait toujours pris pour un moins que rien. Le message n’ayant pût être délivré, le soleil employa de plus gros moyens : il fit appel à un ami astéroïde à qui il avait rendu  un service quelques temps auparavant. Plus volumineux et plus robuste qu’une simple étoile filante, il survécut vaillamment à la traversée de l’atmosphère, et s’écrasant enfin sur le sol, put délivrer son message à la terre. Le pacte était clair : si la Terre donnait un enfant au Soleil, ce dernier lui en serait éternellement reconnaissant et se porterait garant de sa fertilité de sa planète en assurant de belles journées ensoleillées tout en  laissant place de temps en temps à quelques averses. Dans le cas contraire, il n’apparaîtrait plus et laisserait la terre en proie à  la grisaille et à l’humidité.

La terre n’eut donc guère le choix que d’offrir au Soleil le plus beau des bébés.

Mais, restait encore à provoquer une rencontre, sans faire fondre la Reine des ténèbres…

Quitte à empêcher tout le monde de dormir, le soleil se leva un jour avec la ferme intention de ne plus se coucher et d’attendre que sa belle pointe son nez. C’est ainsi qu’eut lieu l’éclipse de l’amour. La lune apparut devant le roi du jour, subjugué. Elle l’enveloppa de sa lueur embrumée et le cacha. De face ou de profil, il n’avait jamais vu un aussi joli astre. Dans un premier temps il la dévisagea langoureusement puis lui caressa ses contours délicieusement. Cerise sur le gâteau, il lui présenta ensuite l’enfant. La lune enchantée lui promit de le revoir plus souvent et de l’aimer éternellement.

Le soleil, respectueux de son pacte avec la Terre, retourna se coucher encore submergé par cet instant envoûtant, espérant secrètement la prochaine éclipse...

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :