Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Je revoie  avec nostalgie cette école,

Aux longs couloirs pleins d’images et  de mots, sentant bon la cire.

J’avais  deux ans et ce sentiment étrange que j’y trouverais les clés qui  m’ouvriraient les portes de l’insolite.

J’appris la magie des mots, et décodais avec ravissement chaque phrase, chaque mot qui se montrait à moi.

A cinq ans, après avoir pleuré toute les larmes de mon corps

J’eus  accès à la bibliothèque du quartier.

Alors,

Armée de cette petite carte rose qui vous ouvre les portes du paradis, je me rendis fièrement en ce lieu étourdissant.

Une dame  en tailleur gris se tenait derrière un  long comptoir  emplis de livres de toutes tailles. Elle me fit visiter son temple et  m’expliqua avec patience comment m’orienter dans ce haut  labyrinthe.

Les étagères les plus hautes contenaient des livres anciens. Ils ressemblaient à des grimoires sertis d’or et de diamants. Seul les grands pouvaient y accéder et je me demandais qu’elle magie ils recelaient.

Elle m’observa un moment, puis me laissa  déambuler en lieu à la recherche de  la perle rare. J’avançais lentement  en laissant courir mes doigts sur chaque ouvrage.

Puis, me laissant guider par mon instinct, j’en saisissais un et le reniflais à la recherche d’odeurs connues.

Certains sentaient l’herbe  fraîchement coupée, le feu de bois, le café ou la suie. D’autres  avaient le parfum  poussiéreux et humide de ces vieilles demeures du bord de mer. Enfin, avec d’infimes précautions  j’en caressais les pages que j’aimais fines, presque craquantes ou parcheminées et usées par le temps.

 

Ensuite Je m’autorisais à en lire trois pages au hasard pour mieux en saisir la musique. Si la mélodie convenait à mon humeur, alors seulement   je m’installais dans de profonds coussins et me laissais emporter vers d’autres cieux.

De livres en livres, de page en page,  j’ai découvert les mystères de la vie mais aussi de la mort.

Longues chaines de moments volés, de volupté, envoûtement,   j’avais le sentiment de suspendre le temps, de me fondre dans l’air et de voyager par-delà les frontières de ce monde.

 

De livre en livre, de page en page j’effleurais   les étoiles et  visitais l’infini qui me guidait au pays de l’Otium, là où tout est possible, là où les mots écrits à l’encre de sagesse me libéraient de mes doutes.

Véritable parenthèse ouverte sur une immensité de possibles, j’aimais m’engouffrer  dans des rêves béats  en espérant qu’on m’oublie là.

 

La nonchalance qui m’habitait alors, surprenait toujours.

 

Entre fougue et talent, inconstance et  infortune ces moments étaient  pour moi art de vivre,  vertu des sages, désir d’éternité aux  doux parfums d’encens dans l’âcreté de la nuit.

 

Je me  jetais  dans ce le vide infini  pour mieux comprendre le néant et flirter  avec  les gardiens d’un monde  ou l’indolence est de mise.

 

Instants de grâce, souffle de vie qui efface les larmes.  Je cherchais la magie pour  faire danser mon  cœur au-delà des chemins épineux d’un quotidien  sans liesse.

 

Dans des songes édifiants  je creusais mon nid pour naître à un univers ou  sans retenue je goûtais l’instant présent.

 

Moment d’apesanteur, Véritable parenthèse sur l’infini, j’aimais revêtir cet habit de paresse et flâner au tréfonds de sa raison ou  où je dépassais les frontières des codes établis.

 

De ma vie je ne veux rien dire, mais les seuls moments de quiétude dont je me souvienne sont ceux passés en suspension entre ici et ailleurs ou  où rien n’entrave mes gestes.

 

De ma vie je ne veux rien dire mais de ma vie on en devine les stigmates.

 

Parfois  vous pourrez entrevoir une lumière qui danse au fond de mes yeux. C’est le signe que dans l’anéantissement  de mon être j’ai atteint les hauts lieux de la béatitude.

 

Surtout, ne déranger dérangez en rien cet état,  faites-vous silencieux car les foudres du ciel pourraient bien s’abattre sur vos têtes.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :