Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Il y a des jours où l’on ferait mieux de rester coucher, de ne pas répondre au téléphone, ne pas bouger, bref de rester tranquille en attendant que la roue de la fortune revienne. C’est ce que pensait Claire. Depuis qu’elle s’était levée, rien n’allait.

Cela avait commencé par la douche. En retard, comme d’habitude, elle se précipita sur les chapeaux de roue dans la salle de bain. Seul un filet d’eau minuscule et glacé coulait du pommeau. Elle effectua comme chaque matin depuis quatre jours, en frissonnant un débarbouillage rapide.

Elle était en train de s’habiller quand son téléphone sonna. Son fils braillait quelque chose qu’elle ne compris pas de suite tant la ligne était mauvaise :…  en panne… pas de roue de secours…. Rase campagne… puis plus rien, la ligne était coupée. « Et zut alors ! Il y a toujours quelque chose pour me mettre les bâtons dans les roues » s’écria Claire, qui descendit à fond la caisse les escaliers qui menaient au garage.

Heureusement, sa voiture démarra comme sur des roulettes. Elle prit rapidement la direction de la zone industrielle où elle travaillait quand elle dû piler net : un deux-roues débouchait d’une ruelle sans crier gare, en roue libre. En passant devant le gymnase, elle jeta un coup d’œil : les collégiens avaient déjà envahi l’espace et certaines gamines se pavanaient en faisant la roue devant les garçons.

Cela fit sourire Claire qui se revit au même âge, devant le même gymnase : « Ah, le temps passe si vite. Maintenant je suis juste la cinquième roue du carrosse : mon mari ne répare pas la douche, mon fils ne m’appelle que quand il est en panne, et ma fille va encore me tanner pour que je la dépose avec sa copine au foirail devant la grande roue. Avant, c’est à moi qu’elle aurait demandé de l’accompagner.

Faudrait quand même pas pousser à la roue !

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :