Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Enfant Amazigh, enfant de l’Atlas oublié

 

Ton nom est synonyme de liberté

 

Pourtant, nul ne peut être plus enfermé

 

Enfant de l’Atlas, enfant fier et négligé

 

Qu’as-tu fait, de quel crime es-tu accusé

 

Pour vivre si loin et si marginalisé ?

 

Contre qui contre quel pouvoir tu t’es soulevé

 

Pour avoir dans cet abîme si longtemps sombré ?

 

Ton corps si frêle si chétif, est de froid meurtri

 

Ton visage et tes yeux,  de tristesse chipotés

 

Dans ton village, aux cimes enneigées,

 

Tu subis le vent de l’hiver, froid et glacé

 

Seul, chez toi tu attends dans l’obscurité

 

Tu penses, tu rêves d’un brin de charité

 

Tu guettes tous les chemins pourtant fermés

 

Tu le sais, mais tu es tellement désespéré

 

Depuis deux jours tu n’as presque rien mangé

 

Ton attente sera-t-elle demain compensée

 

Quand ton village sur la télé sera exposé

 

Et de tes souffrances tout le monde aura parlé

 

Ou comme un fait divers, seras-tu vite oublié

 

Pour être l’année prochaine rappelé

 

Par une télé véreuse et en mal d’idée

 

Qui ne bougerait pas un doigt pour t’aider

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :