Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Durant les jours suivants, elle s'acquitta de ses tâches quotidiennes à la façon d'une somnambule. Le silence dans la maison où se pressaient les souvenirs, se révélait insoutenable".

Et c’était à chaque fois la même chose : elle le savait, mais elle n’arrivait jamais à combattre cette mélancolie qui la prenait dès qu’elle se retrouvait seule, et cette fois, c’était pire que d’habitude. Pourtant, la semaine dernière, la maison bruissait encore de mille éclats, entre les rires et les galopades des petits, le bourdonnement des conversations des plus grands qui refaisaient le monde chaque soir et les aboiements frénétiques des chiens de son frère.

Les vacances de Noël étaient trop vite passées, encore une fois de plus. Avec les préparatifs des fêtes, elle n’avait pas eu le temps de leur parler de ce qui la turlupinait.  Pire, elle avait même l’impression de n’avoir pas pu profiter de leur présence tout en songeant que c’était peut-être la dernière fois qu’ils seraient tous ensemble avant longtemps. Cela la chagrinait, lui taraudait le cœur.  Mais elle s’était décidée. Depuis plusieurs mois, non seulement son veuvage lui pesait, mais la mise en retraite avait fini de l’anéantir. Elle se voyait s’étioler, se déliter, s’enfoncer dans des abîmes qu’elle soupçonnait ne pouvoir remonter. C’en était trop, il fallait qu’elle se reprenne en main avant de perdre pied dans cette maison désormais trop grande et trop pleine de souvenirs des jours heureux.

Elle avait vu dernièrement à la télévision plusieurs septuagénaires raconter leur vie de retraité. Non pas une retraite comme la sienne, trop tranquille, ennuyeuse et rangée, mais une vie active, aux services de démunis, d’orphelins, de laissés-pour-compte, une retraite ouverte sur l’aventure humaine, vers l’engagement.   Elle avait vu se dessiner un nouveau projet de vie. Petit à petit, elle s’était renseignée et avait découvert tout un monde qu’elle n’avait jamais imaginé. C’était donc décidé, elle fermerait la maison pour des mois, voire des années, elle laisserait son petit confort, elle partirait au bout du monde : elle allait utiliser ses compétences et son temps libre à créer une bibliothèque dans un petit village de brousse au Sénégal. Elle avait déjà pris contact avec le directeur de l’école élémentaire : les livres manquaient cruellement aussi bien aux professeurs qu’aux élèves. Elle le sentait : là-bas, la documentaliste à la retraite ne serait pas mise au rebut !

Maintenant que sa décision était prise, le plus difficile allait être de fermer la maison où se pressaient les souvenirs d’une vie désormais révolue, d’aller dire au revoir aux êtres qui lui étaient si chers et de tourner la page. Il était temps de penser à elle et de savourer sa nouvelle liberté. 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :