Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Jak CUINISERIF était furax. Son sourcil broussailleux fronçait, l'adrénaline montait en lui, synonyme de colère à la clé.

L'apprenti-cuisinier,  Ptit'ballot', avait laissé bruler la confiture de lait qu'il devait touiller dans la bassine en cuivre.

Et ce nigaud par la même occasion, voulant arrêter le débord, s'était brulé la main.

On a dû le soigner et poser un sparadrap pour protéger la lésion.

Ce week end exceptionnel, début des vacances d'automne, s'annonçait pourtant bien ce matin pour Jak CUINISERIF

 

Au marché, ses grossîtes  attitrés lui avaient présenté les produits frais et naturels,

Légumes, volailles, charcuteries, grâce auxquels il avait fait la réputation de son auberge :


A LA BONNE BOUFFE  SOURIANTE


De tout le département on venait s'installer devant ses tables-bistrot véritables antiquités.

Point de moquette feutrée dans ce « palace », mais des tomettes donnant par leurs couleurs une note chaleureuse à l'ensemble de la maisonnée.

Les recettes de Grand-Mère, mitonnées avec amour, y étaient élaborées pour le ravissement de tous les gourmets-gourmands.

Le chef avait quelques spécialités, entre autres :

-Ses poulardes à la sauce au Bleu d'auvergne accompagnées de quelques noix concassées,

-Ses pieds de mouton en ragoût

-Sa gelée de raisin à la menthe fraiche, mitonnée  dans une casserole inox, pour une cuisson en douceur,

sur une plaque à  induction, qui toutefois semblait dénoter par sa modernité, dans cette « antre » vieillot.

Sur des ardoisettes découpées à la forme d'un âne dans du bois, l'affichage du menu était naïvement  écrit avec quelques fautes d'orthographe.

 

Cependant, dans ce décor sympathique, pourtant si reposant, ce matin un grand barouf y régnait.

Jak CUINISERIF n'avait pas pu contenir sa colère, elle déferlait sur tout ce qui était à portée de sa main, mêmes les ustensiles de cuisine trinquaient.

Une louche eu droit à un vol plané lui cabossant l'arrondi et le serveur, qui musardait en attendant les clients reçu une bordée d'injures.

Les portes claquaient sur leurs battants, tout le personnel restait coi cherchant à ce garer hors des éclairs que lançaient les yeux du chef.

C'est à cet instant précis qu'entrèrent quatre joyeux drilles, jouant les copains venus arroser la vie de célibataire de l'un entre eux.

Mais en réalité c'était des inspecteurs venus en catimini, pour des "essais de table",

sous la férule d'une revue célèbre distributrice de médailles.

 

Ils furent effarés de l'ambiance qui régnait, et portèrent un jugement, peut être un peu trop rapide,

Et Jak CUINISERIF, qui avait sollicité l'étiquette***

du

« Meilleur Accueil De France »,

Fut recalé ce jour là !

Ce fût lui, qui, pour le coup, resta coi !

 

Moralité

Il faut savoir  rester Zen si on veut mériter

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :