Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

D ans la douceur de cette fin de saison,

E tire doucement à l'unisson

L es pattes avant, les pattes arrière,

I nvite un long frisson

C ouvrant l'échine entière

E n émettant un gros ronron.

 

C haque carré séparé

O ffre dans sa brisure

P oudre et résidu

E ssaimés sur la couverture.

A ussi, afin de l'éviter,

U ne autre fois, il sera fondu.

 

C ommune utilisation…

H appe sournoisement l'humidité.

I nstrument domestique, napperon ?

F rotte sans prévenir les ustensiles,

F ouette les mouches sans pitié,

O u recouvre un saladier.

N e croyez pas que sa vie soit facile.

 

J uste pour votre information,

O uvre à vos yeux d'autres horizons,

U tilise des caractères gras ou non,

R apporte des faits, des opinions.

N' oubliez pas ses articles de fond

A menant certaines solutions.

L isez-le donc avec attention.

 

V otre teint s'en empourpre parfois

E t embellit vos joues ainsi colorées.

R éaction épidermique en fort émoi,

M aquillage naturel instantané,

I l en est de cette couleur éphémère.

L umineux et éclatant à souhait,

L es atours s'en parent volontiers.

O rnant l'aurore à l'horizon entier,

N uits et nuages tendent à le faire taire.

 

A britons-nous du temps pluvieux

U n court instant, échappons aux cieux,

V ent et autres caprices calamiteux.

E xiguë est cette place par dieu !

N e cherchez pas à y être nombreux,

T enir debout y sera le mieux.

 

 

S ouffle vital d'équilibre

O ù le silence en dit long.

U ne fraction de pensée libre

P ortant plus ou moins l'émotion.

I l en est de plaisir et de passion,

R éservant l'âme au félibre.

 

N aturellement opiniâtre,

O uvert aux remarques et avis,

I l n'en est pas moins d'un teint sombre.

R ivalisant d'idées et d'ambitions,

A ppelant au feu dans son âtre,

T errifiant les adeptes du paradis,

R ésonnant aux espoirs sans ombres,

E tre vil, nous le reconnaissons.

 

C laire et fine, elle vous enrhume,

R entre au plus profond de vous-même,

A ccroche chaque fibre à sa portée

C omme un aimant humidifié.

H umeur chagrine en requiem,

I mposée par cette finesse opportune,

N uit à l'atmosphère enjouée.

 

R affinement enchevêtré

A rboré dans sa splendeur,

M iroir des ans révolus.

U n à un, ils ont poussés,

R endant au temps sa valeur

E t à la vie, sa tenue.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :