Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Alcôve

Nuage sombre sur l’édredon de l’enfance, chocolat au lait qui fume sur le piano noir, gargouillis bleutés des gouttelettes sur la pierre à eau.

Les dragons rouges et jaunes des vases Ming posés sur la cheminée m’impressionnent.

Au réveil, je vais m’assoir avec papi qui sent déjà le tabac froid, sur les marches usées du perron.

Je regarderais les camions jaunes et bleus  décharger  les bananes ou les tomates rouges sur le quai, juste en face.

Le soleil déjà chaud, la lumière tamisée par le ramage des platanes,  à midi le bitume noir dansera comme un mirage.

 

Tendresse

Ciel bleu pastel sans nuage, lumière d’une fin d’après-midi tiède et moite,

 

petite main rose et potelée dans la mienne, yeux bleus rieurs, cheveux blonds au vent,

l’air est parfumé de fleurs  blanches, la brise insouciante, 

le babillage pétillant d’un petit miracle vêtu de vichy rose,

les papillons citron et bleus du serpolet volètent sans effort au souffle d’Eole,

éclipse fugitive sous la pinède odorante et vibrante du chahut des cigales,

prairie bleue et cyprès mauves, fontaine en pierres sèches d’où coule un mince filet argenté.

 

Marché

Boutons nacrés irisés, bobines bleues et vertes, rubans de velours mauve, parasols bariolés ;

la mercière ambulante harangue les ménagères tandis que la grosse corsetière relace les guêpières noires.

Plus loin le marchand de chaussettes vertes en grosse laine épaisse  fait la réclame devant quelques paysans du coin  venus se ravitailler, le béret noir perché de biais sur le haut du crâne.

Dans un coin sombre, le rétameur passe et repasse les lames leur rendant leur éclat d’origine.

 

Quelques plumes volent au-dessus des caisses en bois  dans un air putride de basse-cour : les poules repartiront vers d’autres poulaillers, les poussins pépient en se serrant les uns contre les autres, les canards cancanent dans un joyeux tohu-bohu à la porte de la halle.

 

Automobile

Musée  au fin fond de la campagne champenoise, hangar en tôle  grise, chaleur étouffante,

pneus qui crissent sur le gravier blanc, clignotant orange qui claque comme un drapeau au vent, la malle arrière ouverte sur deux grosses malles marron,

les cylindres apparents sous le capot levé crachotent un dernier soupir,

il faudra encore user de la manivelle pour que la vieille guimbarde noire aux chromes rutilants reparte sur le mini circuit.

Sous leur dernier soleil, les vieilles dames vacillantes du début du XXème siècle sont de sortie comme pour une ultime parade.

 

Sandwich

Quels pingres ! Même en vacances, ils sont près de leurs sous ; tous les jours à midi, c’est pain blanc refermé sur jambon beurre, pour tout le monde.

C’est moins cher disent-ils. J’en ai marre, je haie la mesquinerie, je fuis l’avarice et les avaricieux.

Je veux goûter à la vie, à la cuisine locale, typique avec du goût, exit le jambon beurre omniprésent depuis dix jours.

Je craque, je me rebelle, je les laisse en plan avec leur parisien et je file chez la doudou m’avaler un colombo et un tourment d'amour

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :