Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après une dure journée de travail, je me retirais dans ma chambre pour lire quelques versets de Coran. Pour moi, c'était le meilleur traitement contre le stress de cette vie moderne avec ses hauts et ses bas. Ce jour-là, je lisais avec méditation la Sourate 17 : Le voyage nocturne. Quand je suis arrivé au verset 23 qui disait :

 

« et ton Seigneur a décrété : "n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : "Fi !" et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses.
Et par miséricorde; abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit". »

Ce fut pour moi comme une foudre qui m'avait atteint au plus profond de mon coeur. Je ne savais pas ce qui s'était passé. C'était comme je venais juste de lire ce verset pour la première fois. J'ai couru vers mon bureau, j'ai pris une feuille et j'ai commencé l'écriture de cette lettre :

« Très chère mère adorée, rayon qui éclaire ma vie,
Je te demande pardon pour toutes les souffrances que je t'ai causées.
Pour les neuf mois pendant lesquels tu as supporté, sans lassitude, le poids de ma minuscule personne croissante dans ton ventre.
Je te demande pardon pour les pénibles moments que tu as endurés pour m'offrir cette chance de voir la lumière et de respirer l'air de la liberté.
Mère chérie, je te demande pardon pour les longues années de ta vie que tu as consacrées à entretenir avec amour, passion et soin cette partie de toi-même qui était moi.
Je te demande pardon pour les interminables nuits d'angoisse que tu as passées à mon chevet essayant d'atténuer mes souffrances, mes peurs et mes tristesses.
Mère douceur, je te demande mille pardons pour la seule fois où je t'ai fait pleurer avec mon indécence et mon incompréhension.
Je te demande enfin pardon pour ne pas être à la hauteur des espérances que tu as placées en moi.
Pardonne-moi, joie de ma vie et source inépuisable de tendresse.
Ton fils qui t'adore.

 

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :