Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il était, non loin de ce pays, une contrée au mille et une couleurs. Les habitants et les paysages revêtaient tous des coloris très étranges.
 
Je n'osai pas m'y aventurer de peur qu'il m'arrivât quelque mésaventures.  Malgré moi, je fis quelques, mais fus vite embarquée par une minuscule fée volante. Je ne la vis plus arriver, c'est seulement après qu'elle m'eut déposée que je pus voir cette merveilleuse créature.
 
Sa peau était d'un rose très foncé, presque rouge, dans sa chevelure marron, on distinguait des reflets violets pailletés.
 
Elle était habillée d'une robe jaune et verte. A la main elle portait une baguette magique tout en or. Mon amie était un mélange savoureux entre la jonquille et la violette, elle était belle.
Mais à regarder de plus près, il y avait quelque chose qui clochait dans la personnalité de cette étrange créature : son caractère.
 
Elle était très méchante, même son coeur était très sombre presque noir tellement il était impur.
 
Elle était l'un des serviteurs du gardien de ce pays. Le maître vivait dans un château noir, gris et vieux, très vieux. Il faut dire qu'il en avait vu des guerres et des batailles !
 
Mais il était tellement solide que depuis sa création il était resté intact.
 
La fée fut vite arrêtée par deux soldats postés à l'entrée de la forteresse. Ces insectes étaient chargés de protéger la bâtisse.
 
C'étaient deux énormes coccinelles. Elles avaient un corps argenté tout brillant avec de grosses taches étincellantes, couleur or.
 
Elles étaient très jolies, mais dans leurs yeux à la fois noirs et transparents on pouvait lire autant de haine et de méchanceté qu'un animal pouvait en avoir.
 
A l'arrivée de la fée, les deux coccinelles s'écartèrent pour la laisser passer. Elle entra d'un pas décidé dans la salle royale. Là, elle découvrit un endroit majestueux : une alternance de rouge et d'orange, de bleu et de vert, de jaune et d'ocre. Malgré ce mélange étrange de nuances l'ensemble était harmonieux, ces couleurs étaient acidulées et pastelle, on se serait cru dans une bonbonnière. Toutes ces teintes rendaient la pièce encore plus lumineuse. Le sol, lui, était fait de carrelage noir et argenté. Il reluisait partout dans la pièce.
 
Au fond de la salle, un trône, immense et magnifique. Celui-ci était fait de chêne laqué et brillant.
 
L'assise et le dossier étaient recouverts de velours rouge et bordeaux. Sur ce fauteuil royal était assis une cigale, une grande et belle cigale. Elle était bleu marine, avec des ailes grises et marron transparentes.
 
C'était la reine de ce pays imaginaire, elle avait un caractère très autoritaire.
Elle me regarda et me dit d'un ton sec :
 
- Approchez-vous ! Que faites-vous dans mon pays ?
 
- Euh... Je ne sais pas, je me promenais dans la forêt et...
 
Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase. La cigale fit signe aux gardes de me faire enfermer.
 
Ils me conduisirent dans un endroit très sombre, avec comme seule lumière de petites lucioles multicolores qui éclairaient légèrement le couloir.
 
En arrivant dans le cachot, la fée me lâcha brusquement et me laissa seule au beau milieu de la cellule.
 
Plus aucune lumière, les lucioles avaient disparues.
 
Je me recroquevillai sur moi-même et pleurai. Tout à coup j'entendis un hurlement et vis deux yeux jaunes brillants luire à la fenêtre. Je pris peur et sursautai.
 
Puis, j'entendis uen voix venue de je ne sais où :
 
- Non, n'aie pas peur. Je suis ici pour te sortir de ce guet-apens et te recondure dans ton pays.
 
Tiens, bois ceci et tu verras ta taille changera, tu seras aussi petite et légère qu'une plume blanche pendant tout le temps où je te transporterai, mais après, tu reprendras ta taille normale.
 
Un hibou majestueux me tendis une fiole contenant un liquide bleuté et transparent.
 
Je le bus et soudain je devins aussi petite que Tom Pouce.
 
C'est ainsi que le hibou me souleva et me ramena dans ma contrée.
 
Moralité : Ne vous laisser jamais charmer par des couleurs étranges et merveilleuses, elles cachent certainement de terribles dangers.
Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :