Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par un radieux matin de juin, le dieu de l’univers d’ordinaire si grandiloquent, si orgueilleux, si sûr de lui,  se lamentait. Il regardait cette planète  qu'il avait créée. Le blanc symbole d’éternité était réservé  au royaume des dieux et déesses,  et sur terre, de toute façon,  c’était glacial !  Il avait alors rajouter la seule couleur qu’il avait en son  pouvoir, le noir. Se mariant  au blanc, le noir  avait donné le gris mais,  toutes ces variations du blanc au noir étaient d’un monotone ! Lugubres et tristes  à  mourir.

 

Non vraiment !  Il ne pouvait pas continuer ainsi. Ce monde-là était bien trop terne. Il n’avait pas  le droit de faire naître les hommes dans un environnement si austère. Dieu, pour la première fois de son existence, était confronté à une difficulté qu’il n’arrivait pas à résoudre. Cette épreuve  le minait, et  il allait devoir renoncer  à faire vivre cet univers. La tête entre les mains,  il ne pouvait détacher son regard  de la terre, contemplant son échiquier. Soudain, il sentit un picotement, une sensation  nouvelle ! Les toutes  premières  larmes divines perlèrent au bord des paupières d’un Dieu désemparé,  impuissant et  repentant. Le chagrin enfla, enfla, ruisselant en pluie sur la terre. C’est alors que les larmes rencontrèrent les rayons du soleil. Tout le malheur divin se transforma immédiatement en un lumineux   arc-en-ciel inondant la planète de reflets bigarrés.

 

Des pleurs célestes, avait surgi un pont de couleurs et Dieu en  avait aussitôt habillé la terre.  La nature instantanément s’épanouit, fleurit. La faune et la flore se parèrent de la passion du rouge, de l’optimisme de l’orange, de la vitalité du jaune, de l’espoir du vert, de l’infini du bleu, du mystère de l’indigo, du raffinement  du violet.  La planète grise abreuvée des sanglots de Dieu  s’était métamorphosée en planète bleue. L’eau  était  promesse de vie, de voyage, de légèreté, de bonheur. Il était temps ! Dieu confia ce monde chatoyant aux  hommes.  Avec la vie,  il leur donna  la liberté d’agir et d’être.

 

Depuis, il les voit se jalouser, s’entretuer, saccager cette si belle planète….. Leur société en perdition s’enfonce toujours plus dans la violence, l’égoïsme et le malheur. Sauront-ils enfin faire preuve  d’humilité, de générosité, de volonté de partage, de repentance ?  Désespéré,  inondant régulièrement la terre de ses larmes,  Dieu essaie, sans relâche, dans chaque arc-en- ciel, de leur transmettre le message : « rien n’est inéluctable, le malheur peut être un pont vers le bonheur. » Mais l’entendront-ils ?

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :