Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que battent vagues d’âme

Jusqu’à la déchirure

J’ai bu l’âpre saumure

Et j’ai le vague à l’âme

 

Ce soir mon âme est grise

Buveuse d’amertume

D’une ivresse d’écume

Et de brume indécise

 

Des lichens de tristesse

Flottent noirs goémons

Reflux de mes démons

Ressac de ma détresse

 

Récitatif plaintif

Sur mes grèves sans trêve

Des épaves de rêves

S’échouent sur mes récifs

 

J’ai bu jusqu’à la lie

Gorgée de faux serments

Le désenchantement

Et la mélancolie

 

Et les profonds naufrages

Me laissent dépouillée

Cœur nu âme souillée

Brûlée de sel et d’âge

 

M’épuisant à saisir

Comme une âme trop saoule

Soulevée par la houle

De mes pauvres désirs

 

Une planche un espoir

Un cœur une promesse

Qui vaine ne me laisse

Mains vides dérisoire

 

Et vains sanglots d’ivrogne

Va j’ai trop bu la tasse

J’erre de guerre lasse

De carcasse en charogne

 

Aux débris de ma vie

Va j’ai vidé ma coupe

Je tangue et je chaloupe

Je hoquète et je crie

 

J’ai l’amertume triste

Des lendemains d’orgie

Gémissante je gis

Au sonnet de l’artiste

 

Je suis la chanson grise

Qui geint et qui s’épuise

La chanson malapprise

Au jour qui s’amenuise

 

Je gémis j’agonise

Et mes vagues se brisent

Vagues d’âme trop grise

Quand la douleur s’aiguise

 

Je suis la chanson grise

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :