Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rouge est la couleur préférée de Sandra et ce, depuis l’adolescence. Lorsque les goûts s’affirment.

Elle a une nette attirance pour la version franche et vive, lorsqu’elle ne tire pas vers l’orangé comme le vermillon, ni vers le rosé comme le nacarat, ou encore vers le marron telle l’amarante.

Non, elle aime le ponceau. La garance. L’écarlate.

Mais ce n’est pas pour cette raison qu’elle plaît à Sandra.

Elle représente avant tout la passion et cela traduit on ne peut mieux son caractère. D’ailleurs, elle lui va au teint. Seulement les vêtements, car en ce qui concerne le maquillage, rouge à lèvres ou vernis à ongles, elle est trop agressive pour sa peau de blonde.

Dans la nature, elle se décline sous les formes les plus appétissantes, pour le plaisir des papilles de la jeune femme : fraises, framboises, groseilles, cerises, tomates, qu’elle croque goulûment à se teindre les lèvres et la langue du jus qui dégouline le long de son menton.

Pour le ravissement de ses yeux aussi, lorsque l’hiver lui offre ses boules de houx sur de belles feuilles vertes et piquantes; et l’été, les fragiles pétales d’un coquelicot qu’elle ne cueille pas, qu’elle laisse au bord des routes pour agrémenter les voyages.

 

Cette couleur constitue un remède à elle seule. On soigne d’ailleurs certaines personnes par la chromo-thérapie.

Elle revivifie Sandra, elle qui ait tendance à sombrer de façon chronique dans la dépression. Elle émoustille ses sens, tonifie son système nerveux, stimule sa force créatrice.

Attise son feu intérieur lorsqu’il est tout prêt de s’éteindre. Ne classe-t-on pas le rouge parmi les couleurs chaudes ?

 

Très foncée, elle exprime la colère, sentiment qui est celui de Sandra lorsqu’on lui manque de respect ou que l’injustice la révolte. De flamboyant, elle vire au « rouge de Mars ». Craignez son courroux !

 

Cette teinte correspond également au premier chakra, celui des racines, de l’ancrage à la terre, et celui de la relation à la mère.

Lorsque l’on connaît les rapports que Sandra entretient avec la sienne, on comprend mieux sa fascination pour ce pigment.

Peut-être qu’elle comble ses manques d’enfant et la préserve de la maladie, en lui assurant la joie, la santé ; en lui apportant le triomphe qu’elle déroulerait sur un tapis jusqu’à ses pieds.

 

Sandra a cela en commun avec son fiancé, Vern : le rouge. Leur couleur préféré. Le jeune homme l’apprécie tout particulièrement dans sa forme la plus expressive : Rouge sang !

Mais Sandra ne sait pas les tourments que provoque cette teinte sur son compagnon. Souvent il est pris de vertiges, tourbillon flamboyant contre lequel il lutte pour ne pas sombrer à l’exquis péché, se jeter goulûment sur la peau diaphane de son aimée et la tacher d’écarlate en une douce morsure au goût d’éternité.

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :