Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il est tard. Depuis qu'il est parti je n'ai pas pu dormir. J'aurais voulu rester au soleil. Sans pensées. Sans idées. Sans moi même. Ce n'est pas du chagrin. Ou bien ce n'en est plus. Et ce n'est pas la pluie qui fait la différence. Juste que je me retrouve. Comme de prendre une balle dans la tête. Un corps étranger installé dans mon âme. Il m'a demandé ça alors je lui ai fait. Il m'en a fait autant parce que j'avais dit oui. Il a voulu tout ça, je n'ai pas su dire non.

Non.

Ne mens pas Lorenza.

Ne te mens pas à toi.

D'ailleurs attendre n'est pas plus sain.

Faire quelque chose.

Faire quelque chose.

Alors je vais dans un coin sombre, bien à l'abri de la couleur...

Est ce que c'était avant ? Non. Non ça c'était ensuite. En suite. Après les chocs dans mon dos, cette grande chaleur au creux des reins, mais je ne sens que cette lueur. Dans mes yeux clos face au soleil il y avait cet orange là ; cet orange là qui ne part pas. De la douceur de l'air je ne me souviens pas.

Je sais tout ce qu'il a découvert. Je sais à quoi il a goûté.

Il sait tout ce que j'ai senti. Il sait tout ce qui m'a touché.

Il ne faut pas aller si loin. Ni se rencontrer à ce point, au delà de l'intime. Très loin derrière le sexe.

J'essaye, en vain, de le faire sortir. De le faire partir. Ou bien ?

Je lui en veux d'avoir fait ça. J'aurais besoin qu'il recommence.

Me glisser sous la douche, sous le fracas de l'eau qui m'inonde comme des larmes. Les larmes anodines d'un chagrin sans conscience. Inoffensifs. Je presse mes mains sur mes oreilles et le bourdonnement monte. Bien être factice où on s'enfonce (en qui ? en quoi ?) Et fermer les paupières. Éteindre mes lumières.

Mais la pluie a cessé et voilà qu'elle revient, la couleur du silence. Bien au chaud, dans le moite, à l'abri, elle m'attrape et me mange.

Regarde vers le ciel Giacomo. Regarde vers le ciel et puis ferme les yeux. Que verrais tu si tu ne savais pas déjà ?

Recommence, Giacomo. Je t'en prie recommence.

Mais pas parce que je t'aime.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :