Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fils de Sieur Jean  Poquelin, valet de chambre,
Tapissier attaché à la maison du roi,
De sa charge, vous ne voulûtes point entendre,
Faisant fi d'un avenir de petit bourgeois.

Avec la troupe de cet « illustre théâtre »,
Vous parcouriez la province, sans toit ni loi,
Car un  homme de planches  vous désiriez être.
Sous la protection de Monsieur, frère du roi,
Devant la cour, enfin, vous avez  pu jouer.
A la fois comédien et directeur de troupe,
Auteur et metteur en scène ! Pour le théâtre,
Seul,  parbleu ! Tous ces beaux rôles vous endossiez !

Des musiques et jeux de scène, des danses et chants,
Belle chose ! Vos royaux divertissements !
De votre plume d'oie en arabesques exquises, 
Des sonnets pour chavirer le cour des marquises.

Comique de mots, de situations, de gestes,
Céans, nous demeurons, ma foi,  toujours fort aises


De vos moultes farces et vos grandes comédies.
Ventre dieu !  Que ce fleuret là est bien grinçant,
Pour épingler les moeurs !  Féroce et outrancier,
Cela vous sied à merveille de dénoncer
Par le rire, tous les travers de votre temps.

Fou fieffu ! Voilà un dessein bien téméraire
Par un galant badinage, de fustiger
Méchants, camouflés sous les bonnes manières,
Lettrées de pacotille, bourgeois empesés,
Fausses flatteries et  dévotes trop mondaines,
Vieil avare et sottes louanges d'obligés.
Las des hypocrisies et grimaces vilaines
Homme de bien, vous prôniez plus d'honnêteté.

Et si Tartuffe séduit plus d'un   mécréant
Votre jargon est jugé bien impertinent


Vous n'étiez certes pas, malade imaginaire,
Et vos quintes de toux étaient convulsionnaires.
En fin de représentation, vous en mourrez !
Diantre ! Vos pièces restent  d'actualité,
La comédie française, vous incarnez !

J'ai ouï-dire, qu'une rumeur aujourd'hui,
Impute  à Corneille, nombre de vos écrits.
Je ne puis souffrir ces trop  affreuses fredaines,
Et n'en déplaise à tous ces fripons et vilaines,
Je n'en veux plus rien savoir ! Fi ! Ah fi vous dis-je !

Laissons  cette polémique ! Baste Molière !
Evoquer, notre si belle  langue de France,
C'est toujours mentionner la langue de Molière !
Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :