Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La jeune femme se pèse régulièrement, une fois par semaine. Soixante kilos ! Maudite aiguille ! Elle ne décolle pas. Au moins, a-t-elle l’avantage de ne pas faire le yo-yo. Un poids stable depuis trois ans !

Pourtant, elle fait du sport : une heure de vélo d’appartement tous les jours, une heure de natation par semaine. Evidemment, ce jour-là, elle ne touche pas au vélo…

Sa balance n’est pas de la dernière haute technologie, tout de même, un kilo, ça se remarque !

Elle ne perd pas un seul gramme !

Sandra, c’est son prénom. La trentaine et un léger surpoids. Pas obèse, non, elle n’en est pas à ce point là, mais dix kilos en moins, et elle retrouverait sa ligne de jeune fille.

Alors, elle se badigeonne de crèmes : amincissantes, affermissantes, regalbantes, réduisantes, lipolysantes : inutiles ! Peut-être effectivement sa peau est-elle plus lisse, moins distendue, forcément, ces crèmes, à défaut d’autres choses, hydratent. Les massages répétés ne doivent  pas rester sans effet à la longue !

En temps normal, quand Sandra s’observe dans sa psyché, elle ne se trouve pas si moche. Ses dix kilos se sont équitablement partagés entre toutes les zones du corps. Pas de fesses en derrière d’éléphant ou de hanches larges comme le Golden Gate. Elle est grosse de partout.

Par chance, l’ensemble est équilibré. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Quand elle toise ses congénères dans la rue ou à la télé - elle ne regarde les défilés de mode et l’élection de miss France qu’à cette fin – elle détaille au microscope chaque partie. Les minces ont souvent des tronches banales voir laides, et celles qui ont un joli visage ont souvent une culasse et des cuisses de sumo. Elle se rassure ainsi.

Quand elle utilise ses cosmétiques, elle est toute fière de s’occuper d’elle, exultant le corps divin qu’elle va bientôt arborer. Au début. Mais plus ses mains tâtent et palpent les bourrelets, mettant en évidence cet aspect de peau d’orange, plus elle se désespère d’atteindre une silhouette gracieuse. C’est la déprime !

Son objectif n’est pas exagéré. Elle voudrait perdre ses kilos en trop, et ce, en un an. Un par mois. Maigrir trop vite, c’est courir à la dépression nerveuse et à l’assurance de récupérer en double le poids perdu.

Ah ! Elle se souvient, il n’y a pas si longtemps. Cinquante kilos. Là elle se sentait bien !

Mais en y réfléchissant, elle était mal dans sa peau ! Elle ne présentait pas une silhouette harmonieuse : des bras fluets, des seins proéminents, des hanches et des cuisses grossières, la fesse tombante.

Un poids normal, et elle se jugeait affreuse.

Qu’est-il donc arrivé à Sandra pour qu’elle grossisse ainsi en si peu de temps ?

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :