Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce matin, comme le temps était à la pluie, je décidai de monter dans mon
grenier. Voilà des années que je n'y étais pas allée. Parmi tous les objets de
cette pièce, se trouvait une toute petite boîte à trésor posée là, sur une immense bibliothèque. Malheureusement la clé avait été perdue. Je continu donc mon exploration pendant un long moment. Puis tout à coup, au milieu de cet immense bazar, je retrouvai l'objet tant recherché.

Maintenant, j'étais vraiment pressée de découvrir le contenu de mon coffre. Mes mains tremblaient, j'avais vraiment du mal à trouver le trou de la serrure. Après de longues minutes, je réussis à l'ouvrir. Ce n'était pas une simple boîte mais un coffret à bijoux qui avait appartenu à ma soeur. Elle l'avait laissé en guide de cadeau d'adieu, le jour où elle avait quitté la maison pour aller rejoindre son petit ami.
Aujourd'hui elle n'était plus avec lui depuis bien longtemps. Pour quelles raisons, je ne le saurai jamais à moins que d'ouvrir cette lettre que je venais de découvrir dans le coffre.

Je regardais l'enveloppe de long en large. Il n'y avait rien d'inscrit dessus.

Je réfléchis encore de longues minutes, je n'avais pas le droit d'ouvrir cette lettre, elle ne m'appartenait plus. Mais la tentation était trop forte, il fallait absolument que je sache ce qu'il y a dedans... Doucement, pour que ma soeur ne s'aperçoive de rien, je décachette l'enveloppe, en sort la lettre et commence à la lire :

Rennes, le 12 Septembre 1998

Mon Chéri,

Voilà bientôt six ans que l'on se connaît, et aujourd'hui beaucoup de choses ont changées.

Depuis quelques temps déjà, j'avais remarqué que ton amour pour moi s'était estompé.
Aujourd'hui tu me reproches tant de choses, mais pourquoi ? Pourquoi n'aurions-nous pas aussi droit à notre bonheur comme tout couple qui se respecte ?

Aujourd'hui mon amour, tu dis m'aimer, tenir à moi... mais si c'est vraiment le cas, laisse-moi un peu de liberté, laisse-moi respirer !

Nous sommes jeunes toi et moi, nous avons toute la vie devant nous !

Mais non, ça tu ne le comprends pas ! Comme tu ne comprends pas non plus que j'ai envie de faire des études, d'avoir un métier. Pour toi le rôle de la femme c'est de vivre à la maison, de faire la cuisine, le ménage et toutes tâches ménagères. Mais pour moi être une femme c'est bien plus que cela. C'est travailler, se dire que l'on est un être humain à part entière, un peu plus qu'une "femme objet".

A ce jour, je sais qu'avec moi tu n'es pas heureux et ne le seras jamais. Je connais tes attentes, tes envies.
Tu sais que cela me fait mal de ne pas pouvoir te donner ce que tu attends, je n'y peux rien, ce n'est pas de ta faute et cela tu le sais. A présent, je ne te demande qu'une chose, c'est de me laisser partir, de ne plus me retenir. Je t'aime tu le sais mais je ne saurai jamais te donner ce que tu recherches : un enfant, une vie de famille. Alors laisse-moi partir et oublie-moi à jamais.

Je sais que cette décision te seras difficile à prendre, mais s'il te plaît fais-le pour moi.

Je te promet que c'est le seul moyen pour toi, de trouver le bonheur le bonheur un jour.

Sois certaine de mon amitié

Julie

En redescendant du grenier j'ai gardé longtemps cette lettre dans mes mains avant de la montrer à ma soeur qui était venue pour les vacances. J'avais reconnu son écriture, cette lettre ne m'appartenait pas.

Je l'avais trahie et me sentais coupable. Je n'osais plus donner la lettre maintenant, je savais le mal que cela pouvait lui faire. J'avais peur de sa réaction mais me décidai à lui donner l'enveloppe. Elle ne mit pas longtemps à reconnaître son écriture et là, je vis ses yeux s'emplirent de larmes. Je la pris dans mes bras pour la consoler.

Malgré que ce soit un moment de douleur intense, j'appréciai cet instant de complicité entre et moi, j'en profitai à fond car je savais que ce serait le dernier. Demain elle devait partir rejoindre son nouvel ami qui habitait loin d'ici et me quitter pour un long moment.

J'avais une dernière chose à lui demander : pourquoi n'avait-elle pas jamais remis ou envoyer cette lettre à son ami ? Mais cette question je n'osai pas lui poser par peur de la faire souffrir à nouveau.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :