Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

LA FEMME, très calme.

 

Un homme  attend sa femme. Il commence à s’impatienter. Le repas est servi depuis déjà une demi-heure. Il s’assied dans le fauteuil où il se ronge les ongles, se remet debout et recommence à faire les cent pas.

La femme rentre.

 

 

L’HOMME

 

 

Mais où étais-tu donc passé ?

 

 

J’avais à faire, très cher !

 

 

L’HOMME

 

 

C’est tout !!! Tu ne vas même pas me donner une explication quitte à me mentir ?

 

 

LA FEMME

 

 

 Non, même pas.

 

 

L’HOMME

 

 

Quelqu’un ne pouvait-il pas y aller à ta place ?

 

 

LA FEMME

 

 

Est-ce que tu délègues quelqu’un pour aller aux toilettes à ta place ?

 

 

L’HOMME, rouge d’indignation, ne peut rétorquer.

 

LA FEMME

 

 

Non. Eh bien là, c’est pareil.

 

 

L’HOMME

 

 

Je te trouve bien indisciplinée en ce moment.

 

 

LA FEMME

 

 

Je ne suis pas ton esclave.

 

 

L’HOMME

 

 

Oh le grand mot !  ( Levant ses bras au ciel ) Oserais-tu dire que tu es malheureuse avec moi ?

 

 

 

 

 

 

LA FEMME

 

 

Non, je n’oserais pas. (D’un ton doux)

J’aurais préféré attraper la peste plutôt que de te connaître.

J’aurais préféré être déportée plutôt que de croiser ton chemin. (Le fixant de toute sa haine)

 

 

L’HOMME

 

 

Mais que racontes-tu ? Je ne comprends pas.

 

 

LA FEMME

 

 

Ne me lorgne donc pas de ce regard putride ! Tu me salis !

 

 

L’HOMME, choqué, garde le silence.

 

 

LA FEMME

 

 

Tu ne m’as jamais comprise. Je suis bien vivante. Je ne suis pas juste un mirage qu’on observe de loin.

 

 

L’HOMME

 

 

Mais tout semblait te convenir ainsi !

 

 

LA FEMME

 

 

Jusqu’au jour où j’ai enfin ouvert les yeux.

 

 

L’HOMME

 

 

Tu as rencontré un autre homme !  (Avec le ton de l’élève modèle qui trouve la bonne réponse).

 

 

LA FEMME

 

 

Non, mais ça ne saurait tarder !

 

 

L’HOMME, interloqué.

 

 

Comment ça ? Tu sais à l’avance ce qui va se produire ?

 

 

LA FEMME

 

 

J’ai mes sources !

 

 

L’HOMME, fronçant les sourcils afin de réfléchir aux insinuations mystérieuses de sa femme.

 

 

LA FEMME

 

 

Une très bonne source même !

 

 

L’HOMME

 

 

Moi aussi j’ai mes sources. J’apprendrai bien vite qui te met des âneries dans la tête.

 

 

LA FEMME

 

 

La voyante. (D’un ton tranchant, un sourire démoniaque sur les lèvres).

 

 

L’HOMME, se reculant de sa femme comme si elle était le diable en personne.

 

 

Il me semblait que tu ne croyais pas à toutes ces sorcelleries.

Qu’est-ce que tu peux être lunaire !

 

 

LA FEMME

 

 

Lunatique qu’on dit ! D’ailleurs, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

 

 

L’HOMME

 

 

Je te parie qu’elle a été très vague dans ses prophéties. Je vois de grands bouleversements dans les jours à venir. (Il prend une voix rauque et simule un état de transe en tremblant de tout son corps et en ayant ses yeux qui se révulsent ).

 

 

LA FEMME

 

 

Arrête tes singeries. Elle m’a certifiée que je rencontrerai l’âme sœur samedi prochain lors d’une soirée.

 

 

 

 

L’HOMME

 

 

Je vois qu’elle avait bien astiqué sa boule de cristal cette fois. ( Se moquant ouvertement ).

 

 

LA FEMME

 

 

Mais il ne s’agit pas de n’importe quel homme. Il s’agit de mon premier amour, celui que je n’ai jamais cessé d’aimer. (Elle se fait volupté au souvenir de son ancien amant ).

 

 

L’HOMME

 

 

Peut-être regrettes-tu votre rupture, mais tu ne pourras jamais retrouver un homme avec une érection aussi gigantesque que la mienne !

 

 

LA FEMME

 

 

Oui mon chéri, tu bandes comme un étalon ! ( flatteuse)

Mais lui, c’est un véritable éléphant ! (Assène-t-elle sans pitié).

 

 

L’HOMME, s’effondrant dans le sofa.

 

 

Me voilà vacuité ! (d’une voix plaintive).

 

 

LA FEMME

 

 

Vacuité !! Ah ! Ah ! Ah ! (S’exclame-t-elle railleuse). Que tu es cuit, ça ça ne fait aucun doute. Que tu vas te cuiter, ça ça ne me concerne plus !

 

 

L’HOMME, se relevant prêt à combattre.

 

 

Je vais la trouver ta voyante, et crois-moi, je vais lui faire bouffer sa boule de cristal, et lui taillader les veines à coups de cartes. Je vais en faire de la pâtée pour chien, et tu pourras consulter les osselets avec ses restes !

 

 

LA FEMME

 

 

Attends ! Ne lui fais pas de mal ! (Elle courre derrière son mari afin de l’empêcher de mettre son plan à exécution).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :