Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je décidai de passer de l'autre côté du miroir. Ce soir-là, je pris cette décision, je refis le voyage. De nouveau, j’étais chez moi. Ma petite ville natale n’avait pas changé, rien n’avait changé. Pas un seul des arbres qui représentaient notre amitié à une autre ville étrangère n’avait été coupés. Pas même celui qui représentait le lieu que je venais de quitter, le pays de cet homme qui me semblait si loin à présent puisque  je ne pouvais y retourner à mon gré pour le voir.

Ce soir-là, j’avais fait le choix de rentrer malgré tout, de passer de nouveau du côté de la vie quotidienne que je n’aurais jamais dû quitter. Funeste erreur. Rien n’avait plus de saveur ici, sans lui, loin de lui. Aucune couleur me semblait aussi belle que celui de son regard porté sur moi quelque semaine plus tôt.

Et les semaines se métamorphosaient au fil du temps en mois et les mois en années. Son souvenir ne diminuait pas : la dernière expression de son visage que j’avais vu m’accompagné au réveil, ce sourire fabuleux que je ne pouvais plus voir. A peine m’imaginer.

Au fil du temps, je me mis à regretter d’avoir essayer de l’oublier en coupant les ponts. Au fil du temps, je n’arrivais plus à avancer. Même ce fameux voyage que je lui avais décris avec tant de passion il y a de ça maintenant 10 ans n’avait plus aucune saveur sans sa présence que nous avions imaginée ensemble.

Aujourd’hui, les années passées, il me semble que ma vie n’a eu aucun intérêt. Moi qui pensait qu’en acceptant d’être avec lui, plus âgé, je risquais de gâcher ma jeunesse, au lieu de ça, j’ai gâche ma vie… Les larmes ont coulé sur une décision ratée. Pourtant, ce soir-là, je savais au fond de moi que je ne le reverrais plus jamais.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :