Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Physiquement, je suis quelqu’un de très classique. Taille moyenne, taille fine. Je m’habille de façon passe-partout, avec un jean et un pull ou un t-shirt de couleur neutre : marron, noir, kaki. Mes cheveux sont longs, tirés toujours en arrière dans une queue de cheval sobre.  Je n’aime pas me faire remarquer. D’ailleurs, si j’avais des amis, ils vous confirmeraient que je suis transparente.

 

Je n’aime pas sortir, boire, faire la fête et me retrouver dans la fumée. De toute façon, les jeunes de mon âge n’ont pas du tout les mêmes centres d’intérêts que moi. Et leur humour ne me fait ni chaud, ni froid. Pour cela, il faudrait que je comprenne leur blague. Je ne suis pourtant pas blonde ! Quand, pour mon travail, je suis obligée d’accompagner mes collègues à un repas, je souris comme tout le monde pour ne pas faire tache.

 

Mon job m’a demandé des années d’étude. Encore aujourd’hui, il requiert un temps fou. Je fais des recherches pour des enquêtes judiciaires et j’ai des délais serrés à respecter. Parfois, je passe mes nuits à fouiner dans des monticules de papiers et effectuer des tas de calcul pour trouver la faille dans un dossier. J’aime mon métier. J’ai toujours adoré les chiffres.

 

Difficile donc de concilier vie professionnelle et vie privée. Cela ne me dérange outre mesure puisque ma solitude ne me pèse aucunement. J’ai eu quelques aventures qui se sont chaque fois soldées par un échec. Apparemment, je ne m’investissais pas suffisamment dans la relation, privilégiant avant tout mon boulot et mes parents.

 

Ma mère mitonne des petits plats qu’elle aime me faire goûter le dimanche. Elle aime bien essayer des recettes inédites de sa fabrication. Elle aurait voulu être cuisinière dans un grand restaurant mais avec mon arrivée très tôt dans sa vie, elle n’a pas pu concrétiser son rêve. C’est donc avec nous qu’elle exerce son talent culinaire.

 

Mon père adore les mathématiques et les sciences. C’est lui qui m’a transmis la passion des chiffres. Nous passons nos dimanches après-midi à bûcher sur des exercices qu’il trouve dans des livres. Nous nous amusons sur la suite de Fibonacci et le nombre d’or, expérimentant ces découvertes sur des objets de notre entourage. Avec les sudokus, nous avons trouvé un nouveau terrain de jeu et chronométrons celui qui sera le plus rapide.

 

L’autre jour, ma cousine m’a appelé au téléphone pour avoir mon avis sur sa relation avec son petit ami. C’est très gênant pour moi, car la pauvre me faisait pitié d’être ainsi dépendante d’un homme. Comment lui donner mon sentiment alors que je suis incapable de me mettre à sa place ? Alors je prends son parti en lui conseillant ce qu’elle a envie d’entendre. Elle est satisfaite, et moi, débarrassée d’une charge qui me pèse.

Je peux paraître sans cœur, mais c’est ma manière à moi de ne pas me laisser envahir par des choses futiles.

Rien de palpitant ne m’arrive. Ma vie me plaît telle qu’elle est.

Tag(s) : #Textes des auteurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :